Degas, classicisme et expérimentation Contenu abonnés


Karlsruhe, Kunsthalle, du 8 novembre 2014 au 15 février 2015.

JPEG - 134 ko
1. Walter Barnes (1844-1910), Edgar Degas (1834–1917)
Apothéose de Degas, 1885
Épreuve sur papier argentique collé sur carton
à partir d’un négatif verre gélatino-argentique - 9 x 11 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : RMNGP / Hervé Lewandowski

Et le parcours s’achève en étrange apothéose : celle d’Edgar Degas couronné de lauriers, l’air abattu, les épaules tombantes, assis sur les marches d’un perron (ill. 1) : en parodiant la célèbre toile d’Ingres, L’Apothéose d’Homère, ce tableau vivant, dont une photographie fixe le souvenir, manifeste la volonté de Degas, étiqueté peintre impressionniste, de ne pas renier la peinture classique mais d’en faire le terreau de la modernité.
Ce n’est ni une rétrospective, ni un florilège un peu facile de danseuses en tutu, que propose le musée de Karlsruhe, détenteur de sept œuvres de l’artiste, mais une exposition au parcours thématique - les portraits, les peintures d’histoire, les paysages, les nus, les danseuses, les chevaux… - qui montre comment naît l’art de Degas « entre classicisme et expérimentation ». Outre ses tableaux, elle déploie des pastels, des dessins - parmi lesquels de nombreuses études préparatoires qui rappellent que l’artiste ne peignait pas sur le vif, mais travaillait longuement ses compositions dans son atelier – des gravures, des monotypes, des photographies également, qui marquent sa curiosité pour d’autres techniques.

JPEG - 242.2 ko
2. Edgar Degas (1834–1917) d’après Andrea Mantegna
Le Calvaire vers 1861
Huile sur toile - 69 x 92,5 cm
Tours, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Tours

Des œuvres de ses contemporains ponctuent l’exposition, ceux qui l’influencèrent ou le côtoyèrent : Ingres et Delacroix, Géricault, Chassériau, Courbet, Manet, Tissot, Gauguin... Mais les commissaires ont surtout choisi d’exposer les copies de maîtres anciens que Degas réalisa tout au long de sa carrière, au Louvre ou lors de ses voyages en Italie entre 1856 et 1860. On le voit choisir ce qui l’intéresse dans chaque œuvre, sans…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Gaston La Touche (1854-1913), les fantaisies d’un peintre de la Belle Époque

Article suivant dans Expositions : Camille Claudel. Au miroir d’un art nouveau