De Seurat à Matisse, Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme Contenu abonnés


Le Cateau-Cambrésis, Musée départemental Matisse, du 11 mars au 10 juin 2012

Mort prématurément et sans enfants, Henri Edmond Cross, bien qu’il fût l’un des piliers du néo-impressionnisme, souffrit d’un relatif oubli. C’est son rôle - majeur - dans la libération de la couleur qu’analyse la nouvelle exposition du Musée Matisse, au Cateau-Cambrésis, auparavant visible au musée Marmottan entre octobre 2011 et février 2012, avec quelques variantes toutefois. Car si la présentation catésienne confronte, comme à Paris, les œuvres de Cross avec celles des artistes qu’il a côtoyés tout au long de sa vie, elle reste centrée sur l’œuvre du peintre avant tout, et s’achève logiquement sur la relation de Cross avec Matisse, révélant l’influence qu’ils exercèrent l’un sur l’autre. Le parcours chronologique mène donc le visiteur des prémices du néo-impressionnisme à la naissance du fauvisme. L’ouvrage, très complet, publié à cette occasion, fruit d’une collaboration entre les deux musées, est en français et en anglais et comporte une chronologie détaillée de la vie de l’artiste ; il ne se présente malheureusement pas sous la forme d’un catalogue stricto sensu, les œuvres servant d’illustrations aux essais.

JPEG - 174.7 ko
1. Henri Edmond Cross (1856-1910)
Calanque des Antibois, 1891-1892
Huile sur toile - 65,1 x 92,3 cm
Washington, National Gallery of Art
Photo : John Hay Whitney Collection
National Gallery of Art, Washington
Voir l'image dans sa page

L’exposition commence par un film sur l’artiste ; dans la même salle, des panneaux rappellent aux visiteurs la différence entre impressionnisme, néo-impressionnisme et fauvisme, tandis qu’une installation pédagogique fournit une explication très claire du divisionnisme, fondé sur l’emploi de couleurs juxtaposées pour créer des mélanges optiques, selon la théorie des complémentaires et du contraste simultané des couleurs.

Cross s’appelait en réalité Henri-Edmond Delacroix, un nom lourd à porter pour un peintre, qu’il choisit tout simplement d’angliciser. Ses premiers tableaux sont peints avec réalisme et dans des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Un univers intime. Tableaux de la collections Frits Lugt

Article suivant dans Expositions : Eugeen Van Mieghem et le port d’Anvers