De Dampierre à Orsay, le triste destin de Pénélope endormie, de Jules Cavelier Contenu abonnés


15/7/16 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - On pourrait penser à un enrichissement du patrimoine français, c’est en réalité de son appauvrissement dont témoigne l’acquisition par le Musée d’Orsay d’une sculpture de Jules Cavelier représentant Pénélope endormie (ill. 1 et 2).


JPEG - 106.4 ko
1. Jules Cavelier (1814-1894)
Pénélope endormie, 1849
Marbre - 147 x 80,5 x 128 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Musée d’Orsay - Patrick Schmidt
JPEG - 114.5 ko
2. Jules Cavelier (1814-1894)
Pénélope endormie, 1849
Marbre - 147 x 80,5 x 128 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Musée d’Orsay - Patrick Schmidt

JPEG - 81.7 ko
3. Pierre-Charles Simart (1806-1857)
Athéna
Devant la peinture murale L’Âge d’or
d’Ingres
Photo ancienne

Si le musée n’est pas vraiment en cause (mieux vaut, à tout prendre, que ce soit lui qui l’ait acquis qu’un musée…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Rennes : encore quinze jours pour clore l’acquisition du fonds Jobbé-Duval

Article suivant dans Brèves : Lancement de la restauration du pavillon de l’Étang à Fontainebleau