De Bosch à Bloemaert Contenu abonnés


Dessins néerlandais des XVe et XVIe siècles du Museum Boijmans Van Beuningen de Rotterdam.

Paris, Fondation Custodia, du 22 mars au 22 juin 2014

Ici Nourrir les affamés1, là dresser un Repas de Noces2, plus loin l’allégorie de La Médecine3 surveille d’un œil dubitatif la Résurrection de Lazare4. Les collections permettent parfois des rapprochements réjouissants... Et tandis que des paysans dansent au son de la cornemuse, grisés par les débordements de Mardi Gras (ill. 1), les Géants affrontent les dieux de l’Olympe dans un ardent combat (ill. 2) ; les uns sont tracés à la plume sur une feuille attribuée à Aertgen Claesz van Leyden qui puise son sujet dans la tradition allemande du début du XVIe , les autres sont esquissés par Hans Speckaert qui profite du thème pour multiplier les poses contorsionnées, soulignées par des gradations d’ombres et de lumières.


JPEG - 199.9 ko
1. Attribué à Aertgen Claesz. van Leyden (vers 1498-1564)
Couple de paysans dansant et joueur de cornemuse, vers 1525-30
Plume et encres grise et noire - 12,7 x 14,8 cm
Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen
Photo : Museum Boijmans Van Beuningen
JPEG - 96.2 ko
2. Hans Speckaert (vers 1530-1577)
La Bataille des Dieux et des Géants, vers 1575
Pierre noire, plume et encre brune, lavis brun,
rehaussé de blanc - 41,5 x 26,8 cm
Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen
Photo : Museum Boijmans Van Beuningen

La Fondation Custodia, après la fermeture de l’Institut néerlandais5, investit les salles du premier étage et du sous-sol de l’hôtel Lévis-Mirepoix pour présenter deux expositions de dessins : en haut tout d’abord, elle déploie un florilège de feuilles hollandaises et flamandes des XVe et XVIe siècles conservées au Musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam, un fonds que Ger Luijten connaît bien puisqu’il fut conservateur au Cabinet des arts graphiques de ce musée avant de devenir conservateur en chef du département des estampes.

JPEG - 103.4 ko
3. Atelier ou suiveur de
Jan van Eyck (vers 1390/1400-1441)
Crucifixion, vers 1440-1450
Pointe d’or et pointe d’argent, plume
et encre noire - 25,4 x 18,7 cm
Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen
Photo : Museum Boijmans Van Beuningen

La richesse de la collection est parfaitement mise en valeur : du paysage au portrait, tous les genres sont représentés, toutes les techniques aussi, ainsi que les différentes fonctions du dessin, plus ou moins achevé, autonome ou préparatoire, traduction d’une pensée ou description d’après nature. Des noms célèbres sont évidemment mis en exergue, de Bosch à Bloemaert, mais aussi des feuilles anonymes qui n’en sont pas moins belles. Le catalogue6 revient d’ailleurs dans des notices détaillées sur les attributions de chaque dessin et reproduit en vignettes des œuvres de comparaison.

Le parcours commence par les Primitifs et notamment Rogier Van der Weyden, du moins son atelier ou ses suiveurs, à qui l’on attribue des figures religieuses et princières, la Vierge à l’enfant, les portraits de Jean IV duc de Brabant et de Louis Ier duc de Savoie. Redécouverte en 2012 dans une collection privée, une Crucifixion de l’entourage de Jan van Eyck (ill. 3) a été acquise par le Musée…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Les secrets de la laque française. Le vernis Martin

Article suivant dans Expositions : Zurbarán, maître de l’Âge d’or espagnol