Dans l’intimité de l’atelier. Geoffroy-Dechaume (1816-1892). Sculpteur romantique Contenu abonnés


Cité de l’architecture et du patrimoine, du 24 avril au 23 septembre 2013.

JPEG - 119.4 ko
1. Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume (1816-1892)
Moulages de nu féminin
Plâtre
Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

En 2000, le Musée des Monuments Français s’enrichissait d’un important ensemble d’œuvres provenant des héritiers du sculpteur Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume, à la fois par acquisition onéreuse et grâce au don de Denis Geoffroy-Dechaume arrière-petit-fils du sculpteur.
Onze ans plus tard, en 2011, ce dernier offrait à nouveau à ce musée un complément provenant de ce même fonds d’atelier. Aux 2600 œuvres graphiques, 1400 plâtres, 300 pièces d’archives et 20 livres de compte s’ajoutaient ainsi près de 640 documents et œuvres de toutes natures, dont certaines de Viollet-le-Duc, Daubigny ou Marville.

A cette occasion, la Cité de l’Architecture organise une exposition-dossier, agrémentée de quelques prêts d’autres institutions. Elle tente de faire comprendre au public ce qu’était un atelier de sculpteur et comment Geoffroy-Dechaume travaillait.
Beaucoup d’œuvres et de documents sont exposés. Trop peut-être : à vouloir évoquer le contenu d’un atelier, l’exposition est brouillonne, le mélange d’objets (plâtres originaux, moulages, dessins, photographies...) rend l’ensemble un peu incompréhensible pour qui n’a pas lu le catalogue. Cette confusion est accentuée par l’absence de cartels, remplacés cependant par un petit livret où chaque numéro est légendé mais qu’on se lasse rapidement de consulter.

Ces critiques n’empêchent pas de prendre un réel plaisir à découvrir la personnalité de cet artiste. Geoffroy-Dechaume fut actif dans différents domaines de la sculpture. On le voit ainsi sous son jour le plus connu, celui de restaurateur d’églises gothiques telles que la Sainte-Chapelle et Notre-Dame, aux côtés de Lassus et Viollet-le-Duc ou celui de sculpteur participant à des chantiers d’édifices entièrement néogothiques comme l’église Sainte-Clotilde à Paris. Mais il fut aussi créateur de modèles…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Vermeer et la musique

Article suivant dans Expositions : Splendeurs du maniérisme en Flandre