Courrier reçu d’Olivier Lefèvre Contenu abonnés


Dans l’éditorial du 25 septembre 2005, à propos de l’interdiction de photographier au Louvre, j’avais d’abord écrit : « Une fois de plus, l’intérêt collectif est sacrifié au profit immédiat » quand je voulais bien évidemment dire l’inverse. Un lecteur nous a fait remarquer notre erreur :

« Non, c’est le contraire ; c’est très freudien comme lapsus, ça ;-) Sérieusement, je vous accorde que c’est déplorable mais le Louvre n’est probablement pas à blâmer dont la subvention de l’Etat fond comme une peau de chagrin... Et je ne vois pas non plus en quoi l’immédiateté supposée du profit est le coeur de la question. Il me semble que ce qui est en cause ici, c’est la volonté de l’Etat de laisser crever la chose publique, dont il tire pourtant sa justification.
C’est la même politique qu’avec…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Courrier : Lettre de Gérald Vairon à propos du Louvre à Lens, et une réponse par Didier Rykner

Article suivant dans Courrier : Courrier d’Olivier Poisson, en réaction à la brève du 8/10/05 à propos des architectes des monuments historiques