Coup d’arrêt à Versailles-land ? Contenu abonnés


Le long interview que nous a accordé Jean-Jacques Aillagon, président du Domaine de Versailles, nous incite à un optimisme mesuré. Il faut, bien entendu, attendre de voir si ses intentions iront jusqu’à leur réalisation. Reconnaissons en tout cas que, dans plusieurs domaines, ses solutions sont proches de celles que nous préconisions dans notre article Versailles ou Versailles-land.

Sur les reconstitutions, il est vrai, Jean-Jacques Aillagon est ambigu. S’il s’y dit « opposé par principe », il nuance toutefois cette opinion en précisant qu’il pense « qu’une reconstitution [peut] être ponctuellement utile à la compréhension d’un monument ». On retiendra tout de même ces deux fortes affirmations : « il faut, à Versailles, assumer le collage des siècles » et « Il n’ y a pas lieu de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : A Versailles, le combat est ailleurs

Article suivant dans Éditorial : Les monuments historiques ne sont pas une niche fiscale