Constant Permeke. Rétrospective Contenu abonnés


Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, du 11 octobre 2012 au 20 janvier 2013

JPEG - 79.5 ko
1. Constant Permeke (1886-1952)
L’Homme à la veste, 1928
Huile sur toile - 174 x 149 cm
Anvers, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten
Photo : Sabam Belgium 2012
Voir l'image dans sa page

C’est un monde rugueux de pêcheurs et de paysans, des gars robustes et taiseux, aux grandes paluches, aux larges épaules, peints dans des couleurs terreuses sur toute la hauteur de la toile (ill. 1) qui se déploie au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
Constant Permeke, figure incontournable de l’expressionnisme flamand, fait l’objet d’une grande rétrospective réunissant quelque 130 œuvres à l’occasion du soixantième anniversaire de sa mort, tandis que le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers présente les amis du peintre, Frits Van den Berghe et Gustave de Smet, ainsi que leurs contemporains, Edgard Tytgat, Jean Brusselmans ou Frans Masereel.

Le parcours de Bruxelles à la fois chronologique et thématique retrace la carrière de cet artiste prolifique qui peignit, dessina et sculpta. On découvre à la fois les sujets qui hantent sa production - la vie des plus humbles, la figure de la femme, les paysages du plat pays qui est le sien - ainsi que l’évolution de son style au rythme des lieux qu’il habita : Ostende, Gand, Laethem-Saint-Martin, l’Angleterre, Jabbeke. Sa technique également est parfaitement mise en valeur : Permeke reprit parfois ses œuvres pour les repeindre en noir et mêlait souvent dessin et peinture dans une même composition, comme le montre la Femme de pêcheur (la jolie fille) (ill. 2). On est loin des couleurs criardes, des foules bruyantes de la ville et de l’érotisme qui imprègnent l’expressionnisme allemand.

JPEG - 102.4 ko
2. Constant Permeke (1886-1952)
Femme de pêcheur (la jolie fille), 1920
Huile sur toile marouflée sur panneau - 100 x 124 cm
Anvers, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten
Photo : Sabam Belgium 2012
Voir l'image dans sa page

Né à Anvers, Constant Permeke grandit à Ostende où son père Henri-Louis, co-fondateur du cercle de l’Essor qui allait donner…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Sensualité et spiritualité. À la recherche de l’absolu

Article suivant dans Expositions : Delacroix et l’aube de l’orientalisme, de Decamps à Fromentin, peintures et dessins