Contenu abonnés

Cluny préempte une enluminure de Jean Colombe

11/5/22 - Acquisition - Paris, Musée de Cluny - « Veillez donc et priez en tout temps [1] » répète le Christ dans l’Évangile, pour louer Dieu et pour ne pas succomber à la tentation. Dès les premiers chrétiens, la liturgie des heures se développa progressivement au sein de l’Eglise. Huit heures canoniales rythment ainsi le jour et la nuit : l’office de matines ou des vigiles est la première prière, lorsque le soleil est encore invisible. Quand vient l’aurore, les laudes permettent de rendre grâce à Dieu pour le jour qui se lève. Prime, tierce, sexte et none se succèdent ensuite, qui sont les première, troisième, sixième et neuvième heures de la journée ; considérées comme de « petites heures », elles sont associées à des prières plus courtes. Le soir, les vêpres sont célébrées afin de rendre grâce pour le travail accompli et de célébrer les merveilles de la Création. Enfin les complies sont dites avant d’aller se coucher.
Selon les jours, les heures canoniales s’appuient sur un sujet de méditation. Il y a par exemple les heures de la Croix, du Saint Esprit ou encore de la Vierge ; dans ce cas, la prière se nourrit des épisodes de la vie de Marie : les laudes sont liées à l’Annonciation, prime à la Nativité, none à la Présentation au temple etc.
Les différents textes pour prier sont réunis dans le bréviaire, destiné aux clercs, tandis que les laïcs ont un livre d’heures, apparu au XIIIe siècle, étoffé au fil du temps, et plus ou moins précieux selon les enluminures qui l’illustrent.


1. Attribué à Jean Colombe (vers 1430 - 1493)
Nativité
Miniature extraite d’un livre d’heures, introduisant Prime des Heures de la Vierge France, Bourges (ou Troyes ?)
Miniature contrecollée sur un support cartonné - 13,5 x 9 cm
Paris, Musée de Cluny, Musée national du Moyen Âge
Photo : Osenat
Voir l´image dans sa page

Adjugée 12 500 euros (avec les frais) lors de la vente du 30 avril chez Osenat à Fontainebleau, la page enluminée d’un livre d’heures a été…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.