Cinq tableaux d’Eckersberg acquis par Stockholm


20/11/16 - Acquisitions - Stockholm, Nationalmuseum - Ce sont pas moins de quatre peintures et un dessin de Christoffer Wilhelm Eckersberg qu’a acheté le Nationalmuseum en 2016, de cinq provenances différentes ce qui montre une volonté de représenter au mieux cet artiste dont le musée suédois avait déjà acquis un nu féminin en novembre 2015 (voir la brève du 23/2/16).

Avant l’achat de ce nu, les collections de Stockholm étaient déjà riches en tableaux de l’artiste puisqu’elles conservaient un portrait de Berthel Thorvaldsen, un autre portrait (celui du gouverneur Lund), une vue d’un cloître et deux marines. Il manquait en revanche une peinture à sujet historique, un aspect important de l’œuvre d’Eckersberg même s’il est moins connu en France. Cette lacune a pu comblée par l’achat aux enchères, chez Bruun Rasmussen à Copenhague, le 31 mai, pour l’équivalent de 54 000 €, d’un Œdipe et Antigone (ill. 1). Cette toile néoclassique, où l’on voit Antigone aidant son père aveugle à traverser un pont au-dessus d’un torrent, témoigne du passage d’Eckersberg pendant un an dans l’atelier de David.


JPEG - 160.7 ko
1. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
Œdipe et Antigone, 1812
Huile sur toile - 61,5 x 50 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Linn Ahlgren/Nationalmuseum
(Creative Commons Attribution)
JPEG - 84.3 ko
2. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
Paysanne italienne, 1816
Huile sur toile - 52 x 46,5 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Linn Ahlgren/Nationalmuseum
(Creative Commons Attribution)

Une paysanne italienne (ill. 2), a pour sa part été achetée chez Christie’s New York le 24 avril 2016 (25 000 dollars sans les frais). On sait que ce type de sujet a été fréquemment traité par les peintres présents à Rome où Eckersberg passa plus de trois ans, les Italiens bien sûr (Bartolommeo Pinelli…), les Suisses (Léopold Robert), les Belges (François-Joseph Navez…) ou les Français comme par exemple la toile de Henri Lehmann acquise il y a quelques jours à la vente Villepreux.


JPEG - 123 ko
3. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
Frederik VI, roi du Danemark, 1820
Huile sur toile - 46 x 37 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Anna Danielsson/Nationalmuseum
(Creative Commons Attribution)
JPEG - 50.2 ko
4. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
Karen Margrethe Borch, 1837
Huile sur toile - 46 x 30 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Anna Danielsson/Nationalmuseum
(Creative Commons Attribution)

Les deux autres peintures sont des portraits : celui de Frederik VI, roi du Danemark, vu de profil (ill. 3), deuxième version d’une effigie officielle réalisée à de nombreux exemplaire, acheté aux enchères chez Sotheby’s Londres le 19 janvier 2016 (18 750 livres), et celui de Karen Margrethe Borch (ill. 4), fille de Rasmus Borch un collectionneur qui commanda de nombreuses œuvres à Eckersberg (acquis de la galerie James Bauerle Danish Fine Art de Copenhague).


JPEG - 67.6 ko
5. Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853)
Intérieur de l’appartement de
l’artiste à Charlottenborg
, 1824
Crayon et lavis - 17,4 x 13,6 cm
Stockholm, Nationalmuseum
Photo : Cecilia Heisser/Nationalmuseum
(Creative Commons Attribution)

Enfin, le dessin acquis par Stockholm (aux enchères chez Bruun Rasmussen, Köpenhamn le 31 mai comme l’Œdipe et Antigone, et pour le même prix) représente l’intérieur de l’appartement de l’artiste à Charlottenborg. L’œuvre, qui date de 1824, rappelle par sa composition L’Atelier d’Ingres de Jean Alaux peint en 1818, les personnages en moins. La perspective sur la succession de pièces, vue à travers les ouvertures des portes, influencera certainement un autre peintre danois de la seconde moitié du XIXe siècle, Vilhelm Hammershøi.

Remarquons, pour conclure, que toutes les photos des œuvres du Nationalmuseum sont placées sous licence Creative Commons, et peuvent donc être réutilisées pour tous usages. Le genre d’initiative qui devrait inspirer le ministère de la Culture français...


Didier Rykner, dimanche 20 novembre 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une Pietà de Botticini restaurée

Article suivant dans Brèves : The Currier Museum of Art achète un tableau de Pechstein