Chronique Semaine de l’art n° 25 : Le ministère de la Culture, un portefeuille maudit ? Contenu abonnés


Ce texte est la transcription de la chronique de l’émission La Semaine de l’Art n° 25 du 4 septembre 2014. Sa lecture réservée aux abonnés.

Selon la Fédération Patrimoine-Environnement, qui les a comptés, Fleur Pellerin est devenue la vingt-cinquième ministre de la Culture de la Cinquième République, un poste dont le premier titulaire a été André Malraux. Nous avouons ne pas avoir fait nous mêmes le calcul. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’elle est la sixième depuis la création de La Tribune de l’Art. Les ministres passent, et nous restons, c’est déjà ça. Car les raisons de se réjouir de cette valse ministérielle sont minces, la seule étant, finalement, qu’on est toujours soulagé de voir partir le titulaire du poste.
Ce constat est à lui seul terrible. Nous acueillons à chaque fois les nouveaux arrivants avec un peu d’espoir (très peu à vrai dire) et beaucoup de circonspection, mais sans jamais leur intenter de procès…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Chroniques : Chronique Semaine de l’art n° 24 : Ça craque de partout !

Article suivant dans Chroniques : Chronique Semaine de l’Art n° 26 : Le budget « participatif », mais pas patrimonial d’Anne Hidalgo