Chronique Semaine de l’art n° 22 : L’École des beaux-arts à la dérive


Ce texte est la transcription de la chronique de l’émission La Semaine de l’Art n° 22 du 19 juin 2014.

JPEG - 185.4 ko
1. École des Beaux-Arts
Ancienne chapelle
À droite, le bâtiment de l’école d’architecture
Photo : Didier Rykner (2010)

Le directeur de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Nicolas Bourriaud, est sur la sellette. Il devait rencontrer aujourd’hui, à l’heure où je vous parle, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, pour s’expliquer de la révolte qui gronde chez certains élèves et professeurs. Ceux-ci dénoncent une marchandisation croissante de l’école, notamment l’utilisation pendant plusieurs jours d’une partie du bâtiment par Ralph Lauren, pour organiser un défilé de mode et des soirées mondaines. En échange, l’entreprise de luxe a donné 1,5 millions sous forme de ce que certains appellent du mécénat, mais qui n’est en réalité qu’une location déguisée. Celle-ci aurait perturbé le travail des étudiants qui tiennent à rappeler que l’École des Beaux-Arts est une école, justement, « une école publique, pas une entreprise, un centre d’art, une marque, un marché, une salle des fêtes. » selon leurs propres mots.
Inversement, le directeur bénéficie du soutien d’une autre partie du personnel et des élèves, ainsi que d’une pétition signée de nombreux noms du milieu de l’art contemporain.

Tout ce beau monde, mais cela n’a rien d’étonnant, oublie un élément essentiel de l’équation : l’École des Beaux-Arts est une école, c’est certain, mais elle est aussi un musée, du moins un endroit où l’on conserve une collection inestimable d’œuvres patrimoniales anciennes et du XIXe siècle que l’on présente au public dans des expositions temporaires. A la collection de dessins et d’estampes s’ajoutent un très grand nombre de peintures et de sculptures provenant des Académies Royales, ainsi que les travaux des élèves de l’école elle-même. Bref, des centaines de milliers d’œuvres qui semblent bien oubliées dans le débat actuel.
L’école des Beaux-Arts, c’est aussi un ensemble de bâtiments historiques : l’amphithéâtre, décoré par Paul Delaroche, la cour vitrée, qui abritait autrefois une extraordinaire collection de plâtres, la chapelle, qui abrite toujours une autre partie de cette collection (ill. 1), la cour du mûrier, ancien cloître du couvent des Petits-Augustins, et bien d’autres encore.

JPEG - 231 ko
2. École des Beaux-Arts
À gauche, les vestiges de l’hôtel de Torpanne
À droite, le bâtiment de l’école d’architecture
État 2008 (rien n’a été fait depuis)
Photo : Didier Rykner

Ce qui est certain, c’est que ces bâtiments sont maltraités depuis des années comme nous le disions dans un article datant d’octobre 2011. Maltraités par manque de budget – et là, bien sûr, le ministère de la Culture mais aussi celui de l’Éducation Nationale sont entièrement responsables, citons par exemple l’état désastreux des vestiges de l’hôtel de Torpanne chef-d’œuvre de la sculpture française du XVIe siècle, qui pourrissent doucement dans les jardins (ill. 2). Maltraités également – et là encore la responsabilité du ministère de la Culture est entière - par la construction à droite du bâtiment principal, d’un appendice monstrueux, dévolu à une école d’architecture, en violation complète de la loi sur les monuments historiques (voir aussi l’ill. 2). Maltraités enfin par la multiplication des locations privées, notamment de défilés de mode, qui ne tiennent compte ni de l’esprit du lieu ni de sa fragilité. Nicolas Bourriaud n’est pas le seul responsable puisque cette politique était déjà celle de son prédécesseur.

Mais ce qui est nouveau, c’est que depuis son arrivée, il a négligé les expositions d’art ancien. A l’exception du cabinet des dessins Jean Bonna où Emmanuelle Brugerolles organise régulièrement des accrochages (dont nous n’avons pas parlé récemment, bien à tort), les grandes expositions du fonds patrimonial dans les galeries du Quai Malaquais ont disparu depuis le début de l’année 2013. Le directeur a en effet décidé de mettre en place, je cite, une « nouvelle formule de programmation qui reflète l’identité de l’école en confrontant œuvres anciennes et contemporaines, artistes émergents et relecture de l’histoire de l’art récent ». Autant dire à peu près tout et n’importe quoi, les œuvres anciennes servant désormais de faire-valoir aux œuvres contemporaines. Si ce type d’expositions transversales est légitime ponctuellement, il ne peut devenir une règle.

Résumons l’état des lieux : des bâtiments livrés depuis des années au privé, mal ou peu entretenus, où la fonction d’école et de musée est niée par sa direction, où les collections sont de moins en moins visibles… Bref, un échec total, sur tous les plans, que rien ou presque ne vient rattraper.

Mais la responsabilité, nous l’avons vu, n’est certainement pas celle du seul Nicolas Bourriaud. Comme pour le Musée Picasso où l’État s’est finalement décidé à agir, mais bien tard, c’est une nouvelle fois le ministère de la Culture qui porte la plus lourde responsabilité. Manque de budget, non respect de la réglementation monuments historiques, indifférence aux collections patrimoniales… Aurélie Filippetti, pour en sortir vers le haut, devrait prendre deux décisions : remplacer Nicolas Bourriaud par un directeur à la fois conscient de la mission d’une école et concerné par l’histoire du bâtiment et de ses collections, et accorder enfin un budget décent à cette institution. Il est vrai qu’une fois de plus, comme le signale Le Quotidien de l’Art, le budget de la Culture diminue encore de 55 millions d’euros dans le projet de loi de finance rectificative. Aurélie Filippetti a tranché en en faisant porter l’essentiel, soit 48,3 millions, sur la mission Patrimoines. Ce ministère de la Culture devient, de plus en plus, un ministère de l’inculture.


Didier Rykner, vendredi 20 juin 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Chroniques : Chronique Semaine de l’Art n° 21 : La mort inéluctable de l’hôtel Drouot ?

Article suivant dans Chroniques : Semaine de l’art n° 23 : Un conservateur doit d’abord conserver