Chronique Semaine de l’Art n° 16 : Des villages qui sauvent leur église


Ce texte est la transcription de la chronique de l’émission La Semaine de l’Art n° 16 du 30 avril 2014.

JPEG - 64.8 ko
Église de Vézannes
© Fondation du Patrimoine

La semaine dernière, nous parlions des musées vertueux. Mais les bonnes nouvelles n’existent pas uniquement que pour les musées. Il arrive, heureusement très souvent, que les mairies se préoccupent de leurs églises, à la différence de ceux qui préfèrent les laisser s’écrouler, voire parfois les détruisent.

Ainsi, l’Yonne Républicain nous contait la semaine dernière l’histoire de la commune de Vézannes qui a réussi à trouver les fonds pour restaurer son église. Ce pourrait être banal, mais ce ce village ne compte que 44 habitants. Oui, vous avez bien entendu, une commune de 44 habitants réussit ce qu’une ville comme Abbeville, avec près de 25 000 habitants, est incapable de faire.
Le journal nous apprend ainsi que c’est en 2008 que l’ancien maire du village lance un plan de sauvegarde et de restauration du monument, fortement endommagé par la tempête de décembre 1999. En se rendant sur le site consacré à l’église, on apprend que « le conseil municipal a voté à l’unanimité la sauvegarde et la restauration de l’église paroissiale Saint Cyr - Sainte Juliette située au cœur du village ». Et pourtant, l’église n’est pas classée monument historique alors qu’elle date de la seconde moitié du IXe siècle et qu’elle est, bien que simple, d’une réelle qualité architecturale, ce qui démontre une fois de plus, par parenthèse, l’insuffisante protection de nos monuments historiques.

La commune s’est lancée avec succès dans la recherche d’un financement qui serait évidemment impossible à réunir pour 44 personnes. Ils ont obtenu d’abord une aide de la Fondation du Patrimoine et ont lancé également une souscription recevant au total 147 dons pour un montant total de 40 000 €. Écoutons ce que dit Daniel Copin qui s’occupe de cette opération : « Maintenant, l’église ne sert quasiment que lors des enterrements. Mais certaines personnes se souviennent avec une grande précision de leur communion dans le bâtiment, alors qu’elles ne sont pas forcément pratiquantes, ni même croyantes ». Plus réjouissant encore : « Chez certaines personnes qui nous ont soutenu, on sentait aussi la volonté de montrer que si c’était possible dans un petit village de moins de 50 habitants, cela pouvait se faire presque partout »
On est bien loin, décidément, de la mairie de Paris qui ne trouve pas l’argent pour restaurer ses églises. On est très loin d’Abbeville qui a détruit son église Saint-Jacques… On est très loin aussi de ces arguments irrecevables que l’on entend trop souvent : « l’église ne sert plus, donc on ne peut pas la conserver », « nous n’avons pas le budget nécessaire », « nous n’avons pas droit aux subventions », « c’est trop difficile »... Si c’est difficile, personne ne vous oblige à devenir maire !

Cet exemple n’est heureusement pas unique : en tapant « restauration église » sur Google actualité, on arrive à des dizaines d’articles, souvent dans la presse régionale, montrant que les vandales ne gagnent pas partout, que l’indifférence envers le patrimoine peut être combattue.

Seulement deux exemples, les plus récemment publiés, récoltés juste avant cette émission :

La Voix du Nord, « Ames : quatre mille euros récoltés pour électrifier l’église » : on y lit que dans cette petite ville du nord, chaque année, une tombola est organisée pour restaurer l’église et que cette restauration se termine avec cette électrification…
La Dépêche quand à elle nous apprend qu’à Bruch, dans le Lot-et-Garonne, pour restaurer l’église (inscrite) « La municipalité a associé la population, la paroisse ainsi que tous les acteurs du territoire avec la mise en place d’une convention de souscription en partenariat avec la Fondation du patrimoine (délégation Aquitaine). Les citoyens participent ainsi à la transmission de ce beau patrimoine. »
Nous pourrions poursuivre ainsi longtemps. Nous essaierons de parler davantage de ces exemples positifs, en commençant très bientôt par Acquigny, en Normandie, où là encore la mairie et une association sont en train de rechercher les fonds pour restaurer l’église. Nous lui consacrerons même une petite vidéo.

Si une commune de 44 personnes peut restaurer son église, tout le monde devrait pouvoir le faire.


Didier Rykner, mercredi 7 mai 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Chroniques : Chronique Semaine de l’Art n° 15 : Les musées vertueux

Article suivant dans Chroniques : Chronique Semaine de l’Art n° 17 : Patrimoine et musées, un désintérêt coupable