Chemin faisant ; Notes et relations de voyages 1901-1927 Contenu abonnés


Auteur : Antoine Bourdelle ; édition établie par Marc Kopylov et Colin Lemoine.

Jean-David Jumeau-Lafond a déjà évoqué dans cette rubrique (voir l’article). le programme éditorial dédié aux archives Antoine Bourdelle, engagé par le musée Bourdelle et les Editions des Cendres depuis 2004. Ce fonds a été légué par la fille de l’artiste, Rhodia Dufet-Bourdelle, à la Ville de Paris en 2002.
Cinquième titre de la collection1, Chemin faisant est consacré aux voyages de l’artiste entre 1901 et 1927 et doit être suivi par la publication de ses écrits sur l’art ainsi que de sa correspondance. La sélection des textes a été faite à partir des archives titrées Ecrits, notes et carnets de voyage qui rassemblent des feuillets isolés, des manuscrits plus ou moins travaillés, des carnets chargés de croquis, de notations foisonnantes, désordonnées, souvent difficiles à déchiffrer, servant parfois de brouillons de lettres. Le caractère hétéroclite de l’ensemble rappelle les notes de voyage du confrère le plus admiré de Bourdelle : Rodin2.
Signalons la qualité exemplaire de l’édition, établie et présentée par un duo qui a déjà fait la preuve d’une collaboration fructueuse, Marc Kopylov et Colin Lemoine. Brèves et précises, des notices à chaque fin de texte décrivent et localisent le document au sein des archives du musée Bourdelle. Un numéro en marge du texte permet de situer exactement l’emplacement des fac-similés des manuscrits reproduits dans l’ouvrage. Un petit signe indique la présence des dessins au fil de l’écriture, sans en alourdir la lecture. La chronologie définitive des déplacements de Bourdelle ne sera fixée qu’après l’étude complète de la correspondance mais les deux index, des noms et des lieux, sont d’ores et déjà de précieux outils de complément.

Bourdelle n’est pas un grand voyageur et n’a pas de goût pour les aventures lointaines. La France et l’Europe suffisent à ses vagabondages ; il ne se rend ni aux Etats-Unis – où l’exposition rétrospective itinérante de ses œuvres le célèbre en 1925 – ni en Argentine, où l’on inaugure son Monument au…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : « Ce Salon à quoi tout se ramène » Le Salon de peinture et de sculpture 1791-1890

Article suivant dans Publications : Ouvrages reçus en juillet 2010