Chefs-d’œuvre de la Maison d’Albe Contenu abonnés


El Legado Casa de Alba. Mecenazgo al servicio del Arte, du 30 novembre au 31 mars 2013
Madrid, CentroCentro, Palacio de Cibeles

Les grands maîtres et les Grands d’Espagne formèrent d’illustres duos et se disputent aujourd’hui l’attention du public à Madrid. Un florilège d’œuvres issues de la collection des ducs d’Albe, habituellement conservées au palais Liria pour la plupart, réunit en toute simplicité Fra Angelico, Titien, Rubens, Ribera, Goya, Mengs et quelques autres... L’exposition se tient jusqu’à la fin du mois de mars au palais de Cibeles, ancienne maison des télécommunications idéalement située sur l’avenue des arts madrilène, non loin du Prado et du Thyssen-Bornemisza. Quelque 150 peintures, sculptures, objets d’art et documents illustrent la place de la Maison d’Albe sur les scènes historique et artistique de l’Europe. C’est l’occasion de contempler des pièces majeures accumulées au fil des siècles et habituellement cachées au regard ; certaines sont même présentées pour la première fois au public.


JPEG - 148.5 ko
1. Tiziano Vecellio, dit le Titien (1489/1490-1576)
Portrait de Fernando Álvarez de Tolède, IIIe duc d’Albe
Huile sur toile - 100 x 80 cm
Madrid, Fundación Casa de Alba
Palacio de Liria
Photo : Fundación Casa de Alba
JPEG - 19.3 ko
2. Francisco Goya (1746 - 1828)
La marquise de Lazán, 1800-1804
Huile sur toile - 193 x 115 cm
Madrid, Fundación Casa de Alba
Palacio de Liria
Photo : Fundación Casa de Alba.

La visite commence par le rapprochement savoureux de deux ouvrages : La Bible et Don Quichotte. Richement enluminée, la fameuse Bible d’Albe date de 1430 et offre l’une des premières traductions en langue romane du Livre, directement effectuée de l’hébreu en castillan ; quant à l’œuvre de Cervantès, il s’agit de la première édition de 1605. Plus loin, des lettres autographes de Christophe Colomb détaillent les périples de l’explorateur, dessinateur à ses heures, esquissant entre deux lignes la silhouette de la première île du Nouveau Monde qu’il découvrit.

Le parcours à la fois thématique et chronologique met en exergue certains membres de la dynastie plus que d’autres. De nombreux portraits…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’artiste en représentation

Article suivant dans Expositions : L’Ange du bizarre. Le romantisme noir de Goya à Max Ernst