Chefs-d’œuvre de l’Art nouveau chez Sotheby’s Contenu abonnés


15/2/13 - Marché de l’art - Paris - Gallé, Daum, Majorelle, Guimard, Lalique... Les plus grands noms de l’Art nouveau figurent dans la vente que Sotheby’s organise demain à Paris. Les œuvres mises aux enchères sont issues du Garden Museum à Tokyo, institution privée créée pour présenter la collection de Takeo Horiuchi. Celui-ci se passionna tout d’abord pour Tiffany, puis accumula les œuvres Art nouveau, essentiellement françaises, pour l’influence asiatique qu’elles trahissent, et japonaise en particulier.


JPEG - 57 ko
1. Emile Gallé (1846-1904)
Armoire Africa, 1903
Bois des îles - 211,5 x 86 x 46,5 cm
Photo : Sotheby’s
Voir l'image dans sa page
JPEG - 34.9 ko
2. Emile Gallé (1846-1904)
Vase parlant, 1900
Verre multicouche - H.41,2 cm
Photo : Sotheby’s
Voir l'image dans sa page

Takeo Horiuchi s’est séparé de sa collection en mars 2012, riche de 620 pièces, qu’il a cédées à Allen Michaan ; ce Californien amateur lui aussi de Tiffany avant tout et plus globalement d’arts décoratifs américains, a décidé de se séparer des créations européennes ; une occasion de voir revenir sur le territoire français quelques chefs-d’œuvre comme le mobilier de la salle à manger d’Henry Vasnier que le musée de Reims souhaiterait acquérir (voir la brève du 7/1/13), ce qui n’est pas gagné, hélas. Il serait par ailleurs dommage que l’ensemble soit dispersé, les pièces étant vendues séparément. La table de la salle à manger Herbes potagères est estimée 220 à 280 000 euros, les dix chaises (qui ne furent pas toutes réalisées en même temps) 80 000 à 120 000 euros et le dressoir Les Chemins d’automnes entre 500 000 et 700 000 euros .
D’autres créations de Gallé seront proposées, non seulement des meubles, comme cette armoire Africa de 1903 (ill. 1), mais aussi des verres, notamment un vase parlant de 1900, qui porte gravée sur son flanc une inscription en harmonie avec ses couleurs : « Des visions de fin de nuit, Verlaine » (ill. 2). L’artiste a puisé dans le prologue du poème de Verlaine Jadis et naguère : « Ce…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le fonds Peterzano (et les pseudo-Caravage) exposé au Castello Sforzesco

Article suivant dans Brèves : Un trompe-l’œil de Jean Valette-Penot acquis par le château de Pau