Cézanne en Provence Contenu abonnés


Aix-en-Provence, Musée Granet. Du 9 juin au 17 septembre 2006. Exposition précédemment présentée à la National Gallery of Art de Washington, du 29 janvier au 7 mai 2006)

JPEG - 93 ko
1. Paul Cézanne (1839-1906)
La Route tournante en Provence, vers 1866
Huile sur toile - 92,4 x 72,5 cm
Montréal, Musée des Beaux-Arts
© MBAM/MMFA
Voir l'image dans sa page

C’est tout le pays d’Aix qui se consacre actuellement, dans un déploiement impressionnant, à la célébration du centenaire de la mort de Paul Cézanne, enfant du pays, qui, d’une certaine manière, en fut aussi le « créateur ».
L’exposition ‘Cézanne en Provence, organisée conjointement par le musée Granet d’Aix-en-Provence et la National Gallery de Washington vient comme un heureux contrepoint à celle présentée récemment au musée d’Orsay, qui nous éclairait davantage sur les années d’apprentissage « impressionniste » de Cézanne aux côtés du « colossal » Pissarro, à travers les tableaux peints en Ile-de-France. Après le grand succès que l’exposition a rencontré à Washington, avec environ 350 000 visiteurs, les œuvres provençales du peintre, rassemblées au sein du musée Granet, retrouvent, un siècle après la mort de leur auteur, leur « terre natale ». Lieu de leur révélation, les salles du musée d’Aix, réaménagées avec succès par l’architecte Jean-François Bodin, bénéficient d’une clarté nouvelle, proche de celle des salles de Peinture du musée du Louvre, et donnent aux tableaux de Cézanne comme aux toiles des collections permanentes une respiration indispensable à leur juste appréciation.


Au sommet d’un escalier monumental, le Jupiter et Thétis d’Ingres, choix muséographique assez ironique étant donné la distance qui sépare l’œuvre des deux artistes, accueille le visiteur au seuil de l’exposition. Sur un fond gris perle que l’on peut associer à cette lumière blanchâtre que reflète la montagne Sainte-Victoire en plein midi, toiles, dessins et aquarelles de Cézanne sont disposés dans les salles selon le lieu géographique de leur création : du Jas de Bouffan à l’atelier des Lauves, en passant par l’Estaque ou les carrières de Bibémus. Ce parti pris permet de regrouper les œuvres par thèmes…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Giulio Aristide Sartorio

Article suivant dans Expositions : Un país ideal. El paisatge simbolista a França