Carel de Nerée Tot Babberich et Henri van Booven. La Haye fin de siècle Contenu abonnés


Carel de Nerée Tot Babberich en Henri van Booven. Den Haag in het fin de siècle

Auteur : Sander Bink

Le néerlandais Carel de Nerée Tot Babberich (1880-1909) ne fait certes pas partie des artistes les plus connus du mouvement symboliste, et tout particulièrement en France (ill. 1). Son œuvre avait toutefois été présente dans l’exposition pionnière de 1976 Le Symbolisme en Europe, mais il est significatif qu’une seule de ses peintures ait figuré dans le catalogue de l’exposition, par ailleurs remarquable, consacrée au symbolisme aux Pays-Bas, organisée à Zwolle et à Assen en 2004, dans la patrie même de l’artiste1 ; la part belle y était faite à Toorop, Thorn Prikker et Mondrian, ainsi qu’aux arts décoratifs et à l’architecture intérieure, tandis que bien des noms moins célèbres n’étaient qu’évoqués, aiguisant la curiosité du lecteur. L’œuvre présentée était toutefois l’un des chefs d’œuvre de l’artiste, le Portrait d’Henri van Booven en jeune prêtre (ill. 2). L’exposition à laquelle ce livre sert de catalogue est d’ailleurs conçue autour de l’amitié du peintre avec l’écrivain Henri van Booven (1877-1964), et permet d’évoquer la vie à La Haye à la fin du XIXe siècle.


JPEG - 64.4 ko
1. Photographie de
Carel de Nerée Tot Babberich (1880-1909)
vers 1901
Collection particulière
Photo : D. R.
JPEG - 184.7 ko
2. Carel de Nerée Tot Babberich (1880-1909)
Portrait d’Henri van Booven
en jeune prêtre
, 1900-1901
Pastel sur papier - 81,5 x 57 cm
Collection particulière
Photo : D. R.

Figure singulière et très caractéristique du décadentisme, Carel de Nerée Tot Babberich, peintre et écrivain mort à vingt neuf ans, semble un personnage tout droit sorti d’un roman de Jean Lorrain, du dernier Huysmans ou d’Oscar Wilde. Issu d’une famille aristocratique, fils d’un lieutenant de vaisseau, auteur, dès l’âge de dix-huit ans, d’un roman qu’il détruisit sans le publier (Bourgeoisie) et de poésies la plupart inédites, Nérée fit des études commerciales à Anvers puis entra dans la carrière diplomatique où il exerça diverses fonctions tout en se consacrant à l’art à partir de 1898. Nommé en 1901 au consulat des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 20 septembre au 9 décembre 2014 (XVe au XIXe siècle)

Article suivant dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 20 septembre au 9 décembre 2014 (XIXe/XXe, XXe siècle et divers)