Brescia nell’età della Maniera. Grandi cicli pittorici della Pinacoteca Tosio Martinengo Contenu abonnés


Catalogue d’exposition
Auteurs : Sous la direction d’Elena Lucchesi Ragni et Renata Stradiotti

jpg-couverture_brescia-jpg En attendant que la Pinacoteca Tosio Martinengo publie un catalogue raisonné de ses collections, le musée de Brescia organise depuis quelques années des expositions autour de son propre fonds. On pourra toujours s’interroger sur la pertinence qu’a un musée à organiser une présentation temporaire de ses propres collections permanentes (hormis les arts graphiques)1 ; toujours est-il que le catalogue en découlant permet une meilleure connaissance d’œuvres trop rarement publiées. Après quelques présentations des « chefs-d’œuvre » de la peinture et de l’estampe2, place à un sujet peut-être moins vendeur mais tout aussi passionnant : les grands cycles picturaux de la seconde moitié du XVIe siècle, de nature profane ou religieuse, à thématique mythologique comme biblique. La plupart des œuvres présentées ont bénéficié d’une campagne de restauration, leur conférant une meilleure lisibilité. À travers seulement une vingtaine de toiles et de fresques présentées à cette occasion, le catalogue offre un nouveau chapitre à l’histoire esthétique et conceptuelle du maniérisme.

Dense mais agréable à parcourir, le bel ouvrage édité par SilvanaEditoriale rend à ces objets de musée leur place et leur symbolique dans les demeures et les églises de Brescia. Les essais, formant la première partie du catalogue, dépassent largement le cadre de la pinacothèque - elle-même ancien palais orné de fresques renaissantes -pour envisager les principaux décors peints au XVIe siècle dans la cité. S’il est vrai que Brescia est à la confluence géographique comme esthétique de la Lombardie et de Venise, dont elle dépendait alors politiquement, les fresques conservées montrent aussi une appropriation bien locale de la maniera. Usant de formules esthétiques en vogue à Rome dès les années 1520 puis en Vénétie la décennie suivante (frises feintes, façades entièrement peintes, plafonds illusionnistes), les peintres de Brescia imposèrent un langage à la fois puissant et raffiné dans une peinture…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Interview de Guilhem Scherf dans le cadre des Rencontres du Salon du Dessin

Article suivant dans Publications : Six catalogues de musées