Botticelli, Bellini, Guardi... Chefs-d’œuvre de l’Accademia Carrara de Bergame Contenu abonnés


Caen, Musée des Beaux-Arts, du 27 mars au 19 septembre 2010.

JPEG - 85.7 ko
1. Exposition Chefs-d’œuvre de l’Accademia Carrara
Caen, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Certains titres d’exposition sont trompeurs. Celle de Caen n’est pas une succession de grands noms, simplement déplacés d’un musée à un autre comme pourrait le faire penser son intitulé. Elle ne dépouille pas l’Accademia Carrara de Bergame de ses chefs-d’œvre pour les présenter à Caen. D’abord parce que le musée italien est actuellement fermé pour travaux. Ensuite parce que, loin de se contenter de tableaux majeurs, elle se préoccupe d’abord d’histoire de l’art, et de construire un vrai discours. Oublions donc le marketing qui oblige à choisir des titres accrocheurs pour nous pencher sur le véritable contenu, bien plus passionnant.

Créée en 1796, l’Accademia Carrara s’installe en 1810 dans un bâtiment construit spécialement pour abriter la collection léguée par le comte Giacomo Carrara. Sa naissance est donc exactement contemporaine de nos musées de province et le parallèle ne s’arrête pas là, puisque son fonds s’enrichit au cours du XIXe siècle et du XXe siècle par le don et legs de nombreux collectionneurs privés, notamment celle du célèbre historien d’art Giovanni Morelli en 1891. C’est seulement en 1958 cependant que la collection devient publique et est administrée par la ville de Bergame.

JPEG - 68.1 ko
2. Bartolomeo Vivarini
(vers 1430/32-après 1491)
Polyptyque de Scanzo, 1488
Tempera sur panneaux
Bergame, Accademia Carrara
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Le discours de l’exposition est structuré en quatre parties qui sont autant de thèmes en rapport avec la peinture à Bergame et l’histoire de l’Accademia Carrara.
La première est consacrée aux tableaux d’autel à Bergame aux XVe et XVIe siècles. Le musée s’étant constitué principalement d’une addition de collections privées, sa présentation s’est longtemps organisée en exposant séparément ces ensembles. L’histoire de la peinture locale n’était donc pas, comme dans d’autres…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Painting History. Delaroche and Lady Jane Grey

Article suivant dans Expositions : Les Duval Le Camus peintres de père en fils