Bologne et le pontifical d’Autun. Un chef-d’œuvre inconnu du premier Trecento 1330-1440 Contenu abonnés


Autun, Musée Rolin, du 12 septembre au 9 décembre 2012.

JPEG - 129.2 ko
1. Bologne, vers 1340
Rituel de la consécration du pape à Rome
Folio 36 bis du pontifical d’Autun
Photo : P. Lecat

Alors que Paris propose un nombre considérable d’expositions - trop sans doute car il est presque impossible de tout voir, la province n’est pas pour autant un désert, bien au contraire. Il ne faudrait donc pas oublier les musées de région dont certains proposent des événements tout à fait remarquables. Ils méritent largement le voyage et permettent par la même occasion de découvrir des collections que l’on connaît parfois mal. C’est le cas, en ce moment, du Musée Rolin à Autun, qui plus est dans le cadre d’une vertueuse coopération avec le Louvre qui concernera en tout cinq expositions.

Celle que présente ce musée est donc la première du partenariat. Elle s’articule autour de la découverte, en 2008, à l’occasion des Journées du Patrimoine, d’un précieux manuscrit enluminé conservé par l’évêché d’Autun, un pontifical (ill. 1), c’est-à-dire un « livre liturgique réservé à l’évêque pour la célébration des cérémonies qui sont propres à sa fonction ». Totalement ignoré jusqu’à cette date, cet ouvrage italien tout de suite identifié comme un chef-d’œuvre de l’enluminure bolonaise de la première moitié du Trecento, donna alors lieu à une véritable enquête policière pour connaître son origine et comprendre comment il est arrivé à Autun. Celle-ci s’avéra peu concluante : aucune mention ancienne n’a été retrouvée. La première trace qu’il a laissée sur place se trouve dans un livre publié en 1899 où est reproduit son frontispice. Il est ainsi possible que ce manuscrit précieux ait été offert à l’évêché d’Autun dans la seconde moitié du XIXe siècle. Après une éclipse de plus d’un siècle et sa récente réapparition, il a été déposé à la bibliothèque d’Autun où il pourra désormais être vu par les spécialistes. Cette remarquable exposition, qui bénéficie d’un catalogue qui ne l’est pas moins, l’étudie de manière très érudite tout en le replaçant dans le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Pre-Raphaelites : Victorian Avant-Garde

Article suivant dans Expositions : Deux expositions sur Canaletto à Paris