Belle réussite du Festival de l’histoire de l’art


JPEG - 332 ko
1. Château de Fontainebleau, vendredi 2 juin 2017,
premier jour du Festival de l’histoire de l’art
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

5/6/17 - Fontainebleau, Festival de l’histoire de l’art - Le Festival de l’histoire de l’art, septième édition, s’est déroulé de vendredi à dimanche dernier au château de Fontainebleau (ill. 1). Malgré la SNCF, défaillante une fois de plus, et le temps mitigé (si vendredi et dimanche ont été assez beaux, une grande partie du samedi a été très pluvieuse), ce rendez-vous traditionnel a attiré de nombreux participants. Il ne faut pas bien sûr prendre les 45 000 visites annoncées au pied de la lettre. Le comptage des personnes entrant dans chaque lieu où se déroulaient des conférences ou des débats occasionne évidemment la prise en compte multiple d’une même personne (le château parle bien de « visites », pas de « visiteurs »). Ce qui compte, c’est l’évolution des chiffres d’un système de mesure réalisé chaque année selon le même principe, et ceux-ci sont en hausse. Ce qu’on pouvait d’ailleurs constater de visu car beaucoup de salles étaient pleines.

La conférence inaugurale donnée par Jeff Koons, dans le théâtre de Fontainebleau (ill. 2), qui a permis de découvrir certaines des œuvres de sa collection personnelle, témoignait de son goût très sûr pour les tableaux anciens et XIXe. Vendre des œuvres de Jeff Koons pour acheter de la peinture ancienne, on en rêverait tous…
Comme chaque année, le programme était extrêmement varié. Les deux thèmes choisis, la Nature et les États-Unis, résonnaient étrangement au moment même où le président de ce pays montrait à quel point il se fiche de la Nature, ce qui a sans doute contribué autant que Koons à attirer davantage l’attention dans la presse d’information générale sur cet événement (signalons notamment l’article du Monde).


JPEG - 310.2 ko
2. Jeff Koons présentant un tableau de sa
collection par Cornelis van Haarlem
Séance inaugurale du Festival de l’histoire de l’art
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 320.8 ko
3. Pierre Rosenberg, Guillaume Kientz et Jean Gautier
présentant le projet de Musée Nicolas Poussin
Tente des Amis du Festival, dimanche 4 juin 2017
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Une fois de plus, la principale frustration était de ne pas pouvoir assister à tous les événements qui nous intéressent. Ainsi avons nous dû renoncer au débat sur le deaccessioning pour aller écouter celui sur les faux, auquel succédaient Pierre Rosenberg, Guillaume Kientz et Jean Gautier (qui sera l’administrateur du projet) qui ont parlé pour la première fois officiellement du futur Musée Nicolas Poussin aux Andelys. Tout cela se passait sous la tente des Amis du Festival, association qui a pris une telle place dans le festival qu’on pourrait penser qu’elle existe depuis toujours (c’est là, également, que se déroulait l’amusant et passionnant concours : « ma recherche en 180" » où des étudiants, tous remarquables, présentaient en trois minutes leurs sujets d’étude.
L’année prochaine, le Rêve remplacera la Nature, tandis que le pays associé n’a pas encore été choisi.


Didier Rykner, lundi 5 juin 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Musée Bonnard lance une souscription

Article suivant dans Brèves : Le musée belge de la Famenne acquiert une sculpture du maître de Waha