Beauté divine ! Tableaux des églises bas-normandes 16e-20e siècles Contenu abonnés


Caen, Musée de Normandie, du 7 février au 17 mai 2015.

JPEG - 146 ko
1. Joachim Rupalley (1713-1780)
Annonciation, 1761 (?)
Huile sur toile - 225 x 116 cm
Asnelles, église Saint-Martin
Photo : Région Basse-Normandie/
Inventaire général/Patrick Merret

Quarante tableaux provenant des églises de Basse-Normandie sont présentés au Musée de Normandie, à Caen. Mais cette exposition passionnante n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le catalogue qui l’accompagne, beaucoup plus complet, témoigne d’une activité remarquable des conservateurs de l’Inventaire et des Conservateurs des Antiquités et Objets d’Art de ces trois départements, Orne, Manche et Calvados, qui depuis plusieurs années s’efforcent de répertorier, identifier, protéger et restaurer des centaines d’œuvres conservées dans les églises.

Précisons tout de suite qu’il ne s’agissait pas ici de faire un choix uniquement basé sur la qualité. Les CAOA conservent, et c’est leur honneur, des tableaux qui appartiennent parfois autant à l’art populaire qu’aux beaux-arts. S’ils sortent du champ de La Tribune de l’Art qui s’intéresse à l’histoire de l’art, ils ont un intérêt historique et sociologique qui justifie qu’ils soient également l’objet de soins. Mais, pour notre part, nous ne retiendrons ici que les œuvres dont la qualité est suffisante pour justifier la visite de l’édifice qui les conserve. Et parmi les 40 œuvres exposées, beaucoup sont dans ce cas.

On y trouve même des copies, pourvu qu’elles soient de bonne qualité. C’est le cas, par exemple, d’une Annonciation peinte par un dénommé Joachim Rupalley (ill. 1) d’après Louis de Boullogne. L’artiste, mal connu, fut actif à Bayeux après avoir été l’élève de Jean Restout. Si l’œuvre se base sur celle d’un autre peintre, ses qualités font penser qu’il dut certainement être l’auteur de compositions originales.
Les Restout, dont on connaît l’attache normande, sont largement présents dans l’exposition. On peut ainsi y admirer une belle Annonciation dont la restauration effectuée pour cette exposition a révélé la signature de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Charles de La Fosse (1636-1716). Le triomphe de la couleur

Article suivant dans Expositions : Rubens privé. Le maître peint sa famille