Beaucoup d’inquiétudes après la conférence de presse d’Aurélie Filippetti Contenu abonnés


JPEG - 56.6 ko
L’église Saint-Jacques d’Abbeville
en cours de démolition
Photo : Marc Roussel
(Licence Creative Commons)

Aurélie Filippetti donnait ce matin une conférence de presse pour présenter son programme concernant le patrimoine (il était temps, cela ne fait jamais que près d’un an et demi qu’elle est ministre de la Culture). Nous reviendrons dans les semaines qui viennent sur les principales annonces faites, certaines devant donner lieu à des analyses très précises. Parmi celles-ci, notons bien sûr la nouvelle loi patrimoniale qui, c’est le moins que l’on puisse dire, suscite une grande inquiétude. La ministre parle en effet de créer un seul type de zone de protection du patrimoine tout en affirmant la vouloir aussi protectrice que toutes celles qui existent actuellement. Dit comme cela, c’est tout simplement absurde à moins de la créer avec un niveau de prescriptions aussi haut que la plus exigeante d’entre elle, le secteur sauvegardé. C’est évidemment impossible et ce n’est d’ailleurs pas ce que dit le dossier de presse qui parle lui de trois catégories...
D’autres mesures telles que le souci de préserver l’intégrité des domaines nationaux (et si elle commençait par Versailles et le terrain Pion ?) ou l’amélioration de la protection des ensembles d’objets mobiliers (une proposition de loi existe déjà à ce sujet) vont assurément dans le bon sens. Nous examinerons donc en détail le projet de loi (qui n’est pas public mais que nous allons nous procurer dans les jours qui viennent) afin d’en faire une étude exhaustive et argumentée.

La ministre a annoncé par ailleurs au moins une bonne nouvelle : la relance du projet de rénovation et d’agrandissement du Musée National de la Voiture et du Tourisme de Compiègne sur les anciennes écuries du château (nous y reviendrons). Elle a également lancé quelques projets qui feront également l’objet d’articles de notre part. Les principaux (concernant directement le champ couvert par La Tribune de l’Art) sont :

- l’installation des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : La cour de Bar revue par Yves Lion

Article suivant dans Patrimoine : « Éducation artistique et culturelle » : du creux autour du vide