Barocci : Brilliance and Grace Contenu abonnés


Londres, The National Gallery, du 27 février au 19 mai 2013.
L’exposition a été présentée précédemment au Saint-Louis Art Museum, du 21 octobre 2012 au 20 janvier 2013.

JPEG - 67.3 ko
1. Federico Barocci (1535-1612)
Chist en croix avec Marie-Madeleine
et saint Jean
, 1566-1567
Huile sur toile - 288 x 161 cm
Urbino, Galleria Nazionale delle Marche
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

L’« Urbinate » : si ce qualificatif renvoie, dans l’esprit de beaucoup, à Raphaël, Federico Barocci le mérite au moins tout autant. Car des deux génies de la Renaissance nés à Urbino, ce dernier y passa l’essentiel de sa vie, après deux séjours à Rome qu’il quitta définitivement à 37 ans (l’âge, il est vrai, auquel disparut Raphaël).
Nous avons employé le mot génie à dessein. L’exposition de Londres confirme en effet ce que beaucoup savaient déjà : Barocci est un géant, un artiste de premier plan, aussi grand dessinateur que peintre, qui fut également un des premiers artistes « baroques » sans que son nom ait aucun rapport dans la création du terme. Remarquable par son propos et la mise en valeur des œuvres, autant que par le sérieux de son approche scientifique et l’excellence de son catalogue, l’exposition de la National Gallery justifie à elle seule un déplacement à Londres.

Il était difficile de réunir de nombreux tableaux. Ceux-ci sont souvent de grande taille, fragiles, et périlleux à transporter. A une rétrospective complète, les commissaires ont préféré un focus sur la méthode de travail de l’artiste, en réunissant une quinzaine de ses plus belles toiles aux côtés de leurs études préparatoires, reconstituant ainsi des « dossiers génétiques », pour reprendre le vocabulaire et la méthode employés par Eric Pagliano.
Avec environ 1500 œuvres sur papier conservées1, Barocci est l’un des dessinateurs les plus prolixes de la Renaissance. Il a utilisé toutes les techniques, de l’étude de détails aux esquisses d’ensemble, multipliant plus que tout autre les feuilles en couleur, au pastel ou à l’huile, privilégiant, sauf au tout début de sa carrière, l’étude du modèle vivant, et réalisant systématiquement des cartons préparatoires, à échelle réduite puis à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Antoine Watteau, la leçon de musique

Article suivant dans Expositions : Le broyeur de sombre. Bourdelle, dessins de jeunesse