Appel au mécénat pour la restauration du boudoir Turc de Fontainebleau Contenu abonnés


9/9/12 - Appel au mécénat - Fontainebleau, Musée national du château - Le boudoir Turc de Marie-Antoinette à Fontainebleau fut créé en 1777 (ill. 1 et 2). Son décor est entièrement conservé et sera prochainement restauré. Son mobilier, dispersé sous la Révolution, fut remplacé par un autre, tout aussi luxueux, livré par Jacob-Desmalter pour l’impératrice Joséphine.


JPEG - 187.1 ko
1. Boudoir Turc de Marie-Antoinette
Fontainebleau, château
Photo : Château de Fontainebleau
JPEG - 85.5 ko
2. Boudoir Turc de Marie-Antoinette
Fontainebleau, château
Photo : Château de Fontainebleau

C’est ce mobilier, constitué notamment d’un lit d’alcôve, d’une méridienne (ill. 3), d’une paire de bergères (ill. 4), de quatre chaises, d’un guéridon et d’un écran de cheminée, qui doit, lui aussi, être restauré, opération pour laquelle le château de Fontainebleau lance un appel à mécénat en organisant une reconstitution du boudoir à la galerie Aveline, rue du Faubourg Saint-Honoré.


JPEG - 144.8 ko
3. François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770-1841)
Méridienne, 1808
Acajou, bronze doré - 91 x 161 x 62 cm
Fontainebleau, Musée national du château
Photo : T. Malty et B. Corbara
JPEG - 93.6 ko
4. François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770-1841)
Bergère (d’une paire), 1808
Acajou, bronze doré - 86 x 64 x 62 cm
Fontainebleau, Musée national du château
Photo : T. Malty et B. Corbara

Cette opération a occasionné quelques remous au sein de la corporation des conservateurs. Peut-on, en effet, exposer des œuvres de musée chez un antiquaire, ce que certains contestent ? La chose n’est pas claire. Cela n’était en effet pas autorisé par le décret n°81-240 du 3 mars 1981 relatif aux prêts et aux dépôts d’œuvres des musées nationaux. Or, ce décret a été abrogé le 27 mai 2011 sans qu’apparemment rien ne l’ait remplacé1. Il reste que cela ne semble pas forcément choquant s’il s’agit, comme ici, d’une opération de mécénat, d’autant que la galerie a transformé temporairement sa façade, enlevant son nom pour ne faire plus apparaître que celui du…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Acquisition d’un tableau de Jan Lievens par le Nationalmuseum de Stockholm

Article suivant dans Brèves : Les quatre tableaux du Grand Salon de Marly réunis pour la première fois depuis plus de deux siècles