Anvers et Gênes. Un sommet dans la peinture baroque Contenu abonnés


Anvers, musée Royal des Beaux-Arts. Exposition terminée le 4 janvier 2004.

JPEG - 82 ko
1. Bernardo Strozzi (1581-1644)
La cuisinière
Gênes, Galleria di Palazzo Rosso
Voir l'image dans sa page

Les rapports artistiques entre Anvers et Gênes sont bien connus. Un essai du catalogue, dû à Bram de Klerck, en décrit les origines et les conséquences. Elles peuvent se résumer simplement : les échanges économiques, mettant en relation les marchands génois avec les peintres anversois, entraînèrent des commandes aux seconds par les premiers. De nombreux peintres flamands (Rubens et Van Dyck sont les plus célèbres) séjournèrent également à Gênes. Leurs œuvres, importées ou créées sur place, influencèrent fortement les artistes génois. L’inverse (l’influence de la peinture génoise sur les artistes flamands) fut moins fréquent.

Cette exposition montre donc des peintures flamandes en…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’apothéose du geste. L’esquisse peinte en France au siècle de Boucher et Fragonard

Article suivant dans Expositions : Songes de femmes. Edmond Aman-Jean (1858-1936)