Antoon van Dyck. Portraits Contenu abonnés


Paris, Musée Jacquemart-André, du 8 octobre 2008 au 25 janvier 2009.

JPEG - 146.1 ko
1. Anton Van Dyck (1599-1641)
Portrait de Thomas Howard,
comte d’Arundel
, 1620-1621
Huile sur toile - 102,8 x 79,4 cm
Los Angeles, J. Paul Getty Museum
Photo : The J. Paul Getty Museum
Voir l'image dans sa page

En préambule, il faudrait s’interroger sur la pertinence d’expositions ne concernant qu’un aspect partiel de carrières de peintres qui donnent leur pleine mesure dans la peinture d’histoire, ne donnant forcément qu’une idée fausse de leur talent. On ne verra donc pas ici les grands retables ou les scènes mythologiques de Van Dyck. L’étroitesse des salles du musée Jacquemart-André ne permettent pas même d’y exposer, en raison de leur taille, les grands portraits de groupe, les portraits équestres, ni même, à deux exceptions près (dont celle d’un enfant), de portraits en pied. On n’aura ainsi, par la force des choses, qu’un aperçu sommaire et incomplet de Van Dyck, et même de son génie de portraitiste. La réussite de cette exposition, qui connaît un succès mérité, n’allait donc pas de soi.

Par chance, la virtuosité du peintre s’exprime aussi dans des chefs-d’œuvre de moyen format et les commissaires ont réussi à tirer parti de ces contraintes. On louera également le décor et le choix des couleurs (la scénographie est d’Hubert Le Gall), qui mettent remarquablement les œuvres en valeur.
Le parcours chronologique permet de suivre l’évolution stylistique de l’artiste, qui s’inscrit, souvent pour les transcender, dans les conventions qui régissent le genre du portrait en Europe au XVIIe, en portant la marque de ses deux grands modèles : Rubens, évidemment, qui fut son maître, et Titien qu’il découvrit très tôt à Anvers puis durant les six années qu’il passa en Italie.

JPEG - 182.7 ko
2. Anton Van Dyck (1599-1641)
Portrait de famille, 1620
Huile sur toile - 113,5 x 93,5 cm
Saint-Petersbourg, Musée de l’Ermitage
Photo : Saint-Petersbourg, Musée de l’Ermitage
Voir l'image dans sa page

Sa première manière, discernable notamment dans le Portrait de vieillard de Bruxelles (cat.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Paths of Fame : Aquarelles de Turner de la Courtauld Gallery

Article suivant dans Expositions : 1914 ! La Vanguardia y la Gran Guerra