Andrea Schiavone entre Parmiginanino, Tintoretto et Tiziano Contenu abonnés


Splendori del Rinascimento a Venezia, Andrea Schiavone fra Parmiginanino, Tintoretto e Tiziano
Venise, Musée Correr, du 28 novembre 2015 au 10 avril 2016.

Pendant longtemps, les plus grands musées ont émerveillé le monde en magnifiant la peinture vénitienne du XVIe siècle. Il n’y en avait d’ailleurs que pour Le Titien, Le Tintoret et Véronèse. Les Jacopo Bassano, Lorenzo Lotto, Paris Bordone, Palma Giovane, Giambattista Zelotti ou Lamberto Sustris, ont eux, été trop souvent relégués dans la deuxième division du Cinquecento.
Aujourd’hui, le Musée Correr à Venise, rend hommage - 33 peintures, 21 dessins et 32 gravures - à un autre artiste retombé dans un anonymat presque troublant : Andrea Schiavone .

Cette première rétrospective réhabilite enfin le beau peintre vénitien, ami de l’Arétin, qui fut encensé par les plus influents historiens de l’art du XVIIIe siècle.
Né à Zadar en Dalmatie (de nos jours la Croatie) sous occupation vénitienne, vers 1510-1515, Andrea Meldolla est le fils d un commandant de garnison, originaire de Romagne. On le retrouve dans les années 1535 dans l’atelier du Titien où très vite, sa rapidité d’exécution et la découverte des récentes prouesses de la gravure Toscano-Romaine, lui ouvrent de nombreuses portes. On remarque dans l’exposition que Schiavone (son nouveau patronyme qui lui vient soit de la rive des Esclavons ou des Slavons de la côte Adriatique) a aussi été subjugué par la facture élégante maniériste du Parmigianino (1503-1540).
Comme on le sait, Giorgio Vasari a émis des réserves sur la peinture d’Andrea, faite de taches et d’une trop grande rapidité, chère aux Vénitiens (Le Titien en tête !) par rapport aux artistes florentins. Les peintures de Schiavone, avec leur sfumato accentué, donnent souvent l’effet d’un flou général, d’un coloris audacieux, avec une touche très fluide. Certains spécialistes y lisent une grande modernité.


JPEG - 116.3 ko
1. Andrea Meldolla dit Schiavone (vers 1510-1563)
L’Amour présentant Psyché aux Dieux de l’Olympe, vers 1550
Panneau - 130,8 x 156,2 cm
New-York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
JPEG - 78.6 ko
2. Andrea Meldolla dit Schiavone…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Signac, une vie au fil de l’eau

Article suivant dans Expositions : En route ! Dessins néerlandais de paysage Collection John et Marine van Vlissingen