Alfred Bellet du Poisat. Du romantisme à l’impressionnisme Contenu abonnés


Musée de Bourgoin-Jallieu, du 29 mars au 24 août 2014

JPEG - 95.6 ko
1. Alfred Bellet du Poisat (1823-1883)
Jeune sculpteur dans son atelier, 1865
Pastel et craie branche sur papier - 112,5 x 88,5 cm
Musée de Bourgoin-Jallieu
Photo : Musée de Bourgoin-Jallieu

On ne peut tout de même pas souhaiter aux artistes de tirer le diable par la queue ; certains pourtant, qui n’ont pas besoin de vivre de leur art, produisent peu, exposent peu et sombrent dans l’oubli. Ce fut le sort d’Alfred Bellet du Poisat, issu d’une famille relativement aisée1, qui n’a pas laissé un œuvre peint très conséquent, ni même d’écrits, de correspondances ou d’archives, et n’a pas eu de descendance directe.
À Bourgoin-Jallieu, sa ville natale, le musée ne possédait aucun de ses tableaux. Certes, les collections sont désormais consacrées à l’histoire du textile2, mais la directrice Brigitte Roboreau a réveillé sa vocation première de musée des beaux-arts et entrepris, de fil en aiguille, un travail de recherches sur Bellet du Poisat lorsqu’en 2003 un fonds d’atelier de 150 pochades, esquisses, études préparatoires lui a été proposé par une galerie parisienne. Cet ensemble était issu de la collection de Gustave Girardon, cousin du peintre, qui fut aussi son exécuteur testamentaire. Ce fut ensuite un beau pastel, Portrait de jeune sculpteur (ill. 1) qui fut acquis en 2008, suivi en 2011 d’un grand paysage de Hollande (ill. 2). Enfin La Jetée de Trouville sur mer a été achetée à une galerie de Rouen en 2014 (ill. 10).

Ces recherches aboutissent aujourd’hui à la première exposition consacrée à l’artiste depuis 18843 : le fonds berjallien est complété de prêts de musées de la Région Rhône-Alpes et de collections particulières ; un ensemble important a notamment appartenu à Félix Thiollier, photographe et éditeur, qui a peut-être rencontré le peintre par l’intermédiaire de Ravier.
Le catalogue dans lequel malheureusement les œuvres ont pour seul commentaire quelques extraits de critiques de l’époque, fait malgré tout le point sur ce peintre méconnu. Outre les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Érasme Quellin. Dans le sillage de Rubens

Article suivant dans Expositions : Cathédrales 1789-1914. Un mythe moderne