Alexandre Charpentier (1856-1909). Naturalisme et Art Nouveau Contenu abonnés


Paris, Musée d’Orsay, du 22 janvier au 13 avril 2008

JPEG - 77.7 ko
1. Alexandre Charpentier (1856-1909)
Autoportrait, 1887
Terre cuite - 41x 40 x 23 cm
Collection Lynne et Mark Hammerschlag
© Droits réservés
Voir l'image dans sa page

Projetée depuis longtemps par le Musée d’Orsay, l’exposition Alexandre Charpentier voit le jour un an avant le centenaire de la mort de cet artiste aussi remarquable que peu connu du grand public. Esprit exigeant, praticien virtuose, ce sculpteur, créateur de formes dans de nombreux domaines des arts décoratifs, méritait cet hommage à plus d’un titre. La présentation rigoureuse et élégante qui est faite des pièces les plus significatives de son œuvre (par ailleurs étendue) lui rend enfin pleinement justice et il faut saluer le travail de longue haleine réalisé par les conservateurs en charge de ce projet ainsi que la collaboration de la famille de l’artiste, en particulier Madeleine Charpentier-Darcy bien connue des chercheurs tant pour ses travaux pionniers que pour son exquise courtoisie. Charpentier fut un esprit distingué autant qu’un expérimentateur toujours en éveil des formes et des techniques, et des études récentes ont montré son importance dans le mouvement qui, à la fin du XIXe siècle, aboutit à l’émancipation des arts décoratifs. Resté moins célèbre que Guimard ou Gallé et d’autres maîtres de l’Ecole de Nancy, Charpentier atteint pourtant à une perfection souvent plus constante que nombre d’autres artistes et il tient une place essentielle dans la genèse de l’Art Nouveau. Aussi l’exposition montre-t-elle indifféremment des sculptures, reliefs, médailles, meubles, céramiques, étains, œuvres graphiques,affiches, papiers gaufrés (dont il s’était fait une spécialité), reliures et objets en cuir. On y redécouvre aussi, si c’était nécessaire, l’admirable salle à manger qui compte parmi les fleurons des collections permanentes du musée (même si une « remise en scène » plus accomplie de cette pièce aurait pu être tentée à cette occasion).


JPEG - 54.3 ko
2. Alexandre Charpentier (1856-1909)
Jeune mère allaitant son enfant, 1882
Grès cérame - 60 x 40 cm
Paris, musée d’Orsay
Photo : RMN, Hervé Lewandowski
Voir l'image dans sa page
JPEG - 37.3 ko
3. Alexandre Charpentier (1856-1909)
Louise ou Jeune fille au collier,
1893 ou 1895
Bronze - 25,3 x 12,7 cm
Paris, musée d’Orsay
Photo : RMN, Hervé Lewandowski
Voir l'image dans sa page

Conçue de manière à la fois thématique et chronologique, la présentation d’Orsay prend le parti de la clarté, de la pédagogie et de la mise en valeur des objets sans excès d’artifice. Salles aérées, vitrines point trop remplies, éclairages agréables et couleurs des murs subtiles concourent à une impression d’équilibre et d’harmonie que l’on retrouve dans l’œuvre. Au-delà de sa présentation, en tous points parfaite, la problématique de l’exposition réside essentiellement, comme le souligne son titre, dans la relation entre la transcription « naturaliste » du visible et les concepts de l’Art Nouveau. Si l’on excepte les œuvres du début, L’Autoportrait de 1888 (ill. 1) ou le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Breaking the Rules : The Printed Face of the European Avant Garde 1900–1937

Article suivant dans Expositions : Deux expositions sur Grünewald à Colmar et Karlsruhe