Actualité du département des peintures du Metropolitan Museum


JPEG - 75.5 ko
1. Walter Liedtke
Photo : Metropolitan Museum

5/2/15 – Acquisitions, prêts, restaurations... – New York, The Metropolitan Museum of Art – Alors que nous préparions cette brève sur l’actualité du département des peintures au Metropolitan Museum, nous avons appris hier le décès d’un des plus anciens conservateurs de ce musée, Walter Liedtke (ill. 1), dans l’accident de métro survenu à New York. Nous ne le connaissions pas personnellement, mais l’afflux de témoignages que nous constatons de la part de nos amis sur Facebook trace le portrait d’un excellent historien de l’art et conservateur, spécialiste de la peinture hollandaise et notamment de Vermeer. Il s’agit manifestement d’une grande perte pour l’histoire de l’art et les musées.

L’an dernier, le Metropolitan Museum a décidé de rendre les salles d’exposition temporaire du premier étage aux collections permanentes en agrandissant la section des peintures anciennes. Cela a permis non seulement de sortir des œuvres des réserves, de montrer les dernières acquisitions que nous avons régulièrement publiées sur ce site, mais aussi d’accrocher un grand nombre de peintures provenant de collections privées et prêtées, pendant un an ou davantage.


JPEG - 235.1 ko
2. Gaetano Gandolfi (1734-1802)
Le Sacrifice d’Iphigénie, 1789
Huile sur toile
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Didier Rykner
JPEG - 71.1 ko
3. Ubaldo Gandolfi (1728-1781)
L’Exécution de saint Jean-Baptiste, vers 1770
Huile sur toile
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Didier Rykner

Un achat très récent auprès de la galerie Moretti vient d’être accroché : il s’agit d’une superbe esquisse de Gaetano Gandolfi, Le Sacrifice d’Iphigénie (ill. 2), préparatoire à un plafond du Palazzo Gnudi Scagliarini à Bologne et qui ne présente pratiquement pas de différence avec l’œuvre achevée. Le cadre sculpté a été spécialement dessiné pour la toile et évoque les stucs du plafond. Cette peinture vient rejoindre une Tête d’évêque du même artiste, acquise en 2010 (voir la brève du 9/6/10) et une étude, peinte encore par Gandolfi, mais cette fois par Ubaldo, le frère du premier, représentant L’Exécution de saint Jean-Baptiste, préparatoire à un tableau de l’église San Michele à Vercelli et achetée en 2014 à la galerie S. Mehringer à Munich1 (ill. 3).
Ces trois toiles sont accrochées dans une salle (gallery 622) consacrée aux esquisses du XVIIIe siècle italiennes (et autrichiennes) où l’on retrouve deux autres acquisitions assez récentes, l’une dont nous avons parlé : Médée rajeunissant Aeson par Corrado Giaquinto (voir la brève du 29/4/11), l’autre, en 2006, sur laquelle nous n’avions rien écrit, une superbe grisaille de Franz Anton Maulbertsch (ill. 4) passée chez Sotheby’s Londres le 7 décembre 2006.


JPEG - 93.8 ko
4. Franz Anton Maulbertsch (1724–1796)
La Glorification des saints royaux hongrois, vers 1772-73
Huile sur toile - 70 x 50,5
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art
JPEG - 103.9 ko
5. Giovanni Domenico Tiepolo (1727-1804)
Triomphe de la Vertu
Huile sur toile - 53,3 x 40 cm
Naguère au Metropolitan Museum
vendu chez Sotheby’s New York le 29/1/15
Photo : Sotheby’s

Cette salle est également riche en esquisses de Giambattista et Gian Domenico Tiepolo. Notons cependant que le Met s’est dessaisi, dans la vente Sotheby’s New York du 29 janvier 2015, d’une étude peinte de ce dernier pour un Triomphe de la Vertu (ill. 5). Même si le produit de la vente (545 000 $ tout de même) sera uniquement affecté à d’autres acquisitions, et même si la tradition des musées américains est différente de celle de la France qui bénéficie de l’inaliénabilité des collections, on peut regretter la vente de cette œuvre donnée par J. Pierpont Morgan en 1908 et qui faisait donc partie de l’histoire du Met.

Il reste que le musée new yorkais est suffisamment riche en tableaux de Gian Domenico Tiepolo pour se priver de celui-ci. Peut-on en dire autant d’une autre toile qu’il a cédée (ill. 6), toujours chez Sotheby’s New York, le 29 janvier (mais dans la vente de l’après-midi) ? Elle représente un paysage et est attribuée à l’école anglaise du début du XIXe siècle. Estimée seulement 25 à 35 000 dollars, elle s’est finalement envolée à 197 000 dollars, ce qui est un peu cher pour une œuvre anonyme. Il n’est pas exclu que le Metropolitan Museum ait fait là une erreur en vendant ce beau tableau, qui leur avait été offert en 1908. Voilà peut-être un exemple de plus montrant les dangers de l’aliénation des œuvres d’art...


JPEG - 167.3 ko
6. École anglaise début du XIXe siècle
Paysage avec une charrette tirée par un cheval
Huile sur toile - 123,2 x 170,2 cm
Naguère au Metropolitan Museum
vendu chez Sotheby’s New York le 29/1/15
Photo : Sotheby’s
JPEG - 141.5 ko
7. Adam Elsheimer (1578-1610)
Le Mariage mystique de sainte Catherine
Huile sur cuivre
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : D. R.

Le Metropolitan Museum présente la particularité d’exposer beaucoup d’œuvres prêtées temporairement par des collectionneurs privés. On comprend ce qui retient les musées français de faire de même (sauf exceptionnellement) : en présentant ces objets, le Met leur confère une valeur supplémentaire. Keith Christiansen nous a confié qu’il demandait aux prêteurs de lui assurer que les tableaux qu’il montre ainsi ne sont pas à vendre. Parfois cependant, les propriétaires passent outre comme celui d’une belle Pietà de Corrado Giaquinto, également mise aux enchères chez Sotheby’s le même jour, dont il était bien précisé qu’elle avait été exposée au Metropolitan Museum de 2010 à 2014.


JPEG - 43.6 ko
8. Anton van Dyck (1599-1641)
Tête de moine, vers 1618
Huile sur panneau
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner
JPEG - 74.8 ko
9. Pieter Lastman (1583-1633)
David remet la lettre à Urie, vers 1618
Huile sur panneau
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : D. R.

Il reste que la présence de tous ces tableaux de collections privées, en général de la plus haute qualité, enrichit encore davantage la visite de ce musée. On en reproduira quelques-uns, mais il ne s’agit bien sûr que d’un court aperçu tant ces œuvres sont nombreuses, notamment dans le domaine de la peinture ancienne.

C’est ainsi qu’on peut par exemple admirer un Mariage mystique de sainte Catherine sur cuivre (ill. 7), par Adam Elsheimer - artiste absent des collections, récemment redécouvert, et qui était auparavant en prêt à l’Alte Pinakothek de Munich. Bendor Grosvenor, sur son blog Art History News, nous apprend (grâce au commentaire d’un lecteur) que ce cuivre était passé en vente à Paris en 2009 comme de l’école d’Italie du Nord...
De Van Dyck, le musée peut montrer depuis 2012 un saisissant Portrait de moine, daté vers 1618 (ill. 8), tandis qu’un beau panneau de Pieter Lastman (ill. 9) est prêté depuis 2012.


JPEG - 159.8 ko
10. Michelangelo Merisi, dit Caravage (1571-1610)
Sainte Famille avec le petit saint Jean-Baptiste
Huile sur toile
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner
JPEG - 105.2 ko
11. Filippo Tarchiani (1576-1645)
Saint Dominique pénitent, vers 1607
Huile sur toile - 132,1 x 109,2 cm
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner

Chez les Italiens, les dépôts sont particulièrement nombreux, à commencer par celui, depuis 1998, de la Sainte famille avec le jeune saint Jean-Baptiste de Caravage (ill. 10). Dans la même salle se trouvent d’autres prêts magnifiques, beaucoup plus récents, comme le Saint Dominique pénitent (ill. 11) de Filippo Tarchiani (2010), Tobie et l’Ange (ill. 12) par Caracciolo (2012) ou Midas se lavant à la source du Pactole (ill. 13) par Bartolomeo Manfredi (2012 également).


JPEG - 159.9 ko
12. Giovanni Battista Caracciolo (1578-1635)
Tobie et l’ange, vers 1622
Huile sur toile
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner
JPEG - 141.9 ko
13. Bartolomeo Manfredi (1582-1622)
Midas se lavant à la source du Pactole, vers 1617-19
Huile sur toile
Collection particulière en prêt au
Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner

Pour le XVIe, nous pourrions citer le prêt d’un Saint Jérôme attribué au Parmesan (ill. 14), sans oublier le généreux don fait en 2014 par Patrick Matthiesen et la galerie Matthiesen, en l’honneur de Keith Christiansen : une Lamentation de Ludovico Mazzolino (ill. 15), artiste ferrarais dont le Met ne conservait jusqu’à aujourd’hui aucune peinture.


JPEG - 57.2 ko
14. Attribué à Francesco Mazzuola,
dit Le Parmesan (1503-1540)
Saint Jérôme
Huile sur panneau
Collection particulière, en prêt
au Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner
JPEG - 130.1 ko
15. Ludovico Mazzolino (vers 1480-après 1528)
La Lamentation, vers 1514-16
Huile sur panneau - 55,9 x 45,7 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Didier Rykner

Pour le XVIIIe siècle, nous signalerons l’inhabituel (et magnifique) Ecce Homo d’Alessandro Magnasco (ill. 16) prêté depuis 2013 et nous terminerons ce parcours parmi les œuvres en dépôt au Met avec le XIXe siècle français et un joli paysage de Corot (ill. 17).


JPEG - 134.9 ko
16. Alessandro Magnasco (1667-1749)
Ecce Homo, vers 1710
Huile sur toile
Collection particulière en prêt au
Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner
JPEG - 313.8 ko
17. Camille Corot (1796-1875)
Fontainebleau : groupe d’arbre sur le flanc d’une
colline rocailleuse
, vers 1845-50
Huile sur toile
Collection de la famille Louis-Dreyfus,
en prêt au Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner

On ne quittera cependant pas ce siècle ni ce pays sans signaler deux acquisitions de 2014 : un Portrait de Henri Fantin-Latour par Carolus-Duran (ill. 18) acheté chez Sotheby’s New York le 6 novembre 2014 et le premier Gustave Caillebotte à entrer dans les collections du Met, Chrysanthèmes dans le jardin au Petit-Gennevilliers (ill. 19) offert par John C. Whitehead.


JPEG - 85.3 ko
18.Charles-Émile-Auguste Durand,
dit Carolus-Duran (1837-1917)
Portrait de Henri Fantin-Latour, 1861
Huile sur toile - 45,7 x 37,8 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Didier Rykner
JPEG - 119.6 ko
19. Gustave Caillebotte (1848-1894)
Chrysanthèmes dans le jardin au Petit-Gennevilliers, 1893
Huile sur toile - 98 x 59,8 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : The Metropolitan Museum of Art

Nous terminerons cet article en disant un mot de la restauration en cours du tableau de Charles Le Brun La Famille de Jabach brillamment achetée par le musée l’année dernière (voir la brève du 16/5/14). Celle-ci se poursuit dans les ateliers du musée (ill. 20 et 21) et devrait bientôt se terminer avant que la toile ne soit accrochée sur les cimaises. Nous avons eu la chance de la voir : il s’agit d’un immense chef-d’œuvre (tant par la taille que par la qualité). Le Brun a peint ce tableau un peu à la manière hollandaise, et si son nom n’était pas aussi bien documenté, il serait difficile d’y reconnaître sa main.


JPEG - 278.1 ko
20. La Famille de Jabach de Charles Le Brun dans
l’atelier de restauration du Metropolitan Museum
Photo : Didier Rykner (26/1/15)
JPEG - 77.8 ko
21. Détail de La Famille de Jabach
en cours de restauration
Photo : Didier Rykner (26/1/15)

Signalons que Keith Christiansen rend compte régulièrement de l’avancée de sa restauration sur le blog Now on the Met hébergé sur le site internet du musée2.


Didier Rykner, jeudi 5 février 2015


Notes

1Curieusement, le cartel des salles indique encore qu’il s’agit d’une œuvre prêtée d’une collection privée alors que la base de données du musée la signale comme acquise en 2014.

2Nous reviendrons très bientôt sur Le Brun pour parler des découvertes que le Louvre cette fois-ci est en train de faire sur les cartons dessinés qu’il restaure. Certains d’entre eux révèlent en effet, sur leur verso, des dessins cachés par le marouflage du XIXe siècle.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Zurbaran et Sorolla, deux acquisitions du San Diego Art Museum

Article suivant dans Brèves : Un portrait de Sorolla pour le musée de Madrid