Acquisitions récentes du Museo Poldi Pezzoli Contenu abonnés


23/9/12 - Acquisitions - Milan, Museo Poldi Pezzoli - En 1881, l’aristocrate milanais Gian Giacomo Poldi Pezzoli transforma sa riche demeure en musée, afin de présenter au public ses importantes collections de peintures et d’arts décoratifs. Cette initiative inspira par la suite la création de l’Isabelle Stewart Gardner Museum à Boston et du Musée Jacquemart-André à Paris. Indissociablement lié à la mémoire de son fondateur, le Museo Poldi Pezzoli n’en reste pas moins très actif et en constante évolution. L’institution lombarde mène une politique de restauration assez soutenue, portant notamment sur ses chefs-d’œuvre de Botticielli et Bellini1. Elle accroît régulièrement ses collections, essentiellement par des libéralités. Rien qu’en 2004 était gracieusement donnés au musée une Madone en trône avec des anges musiciens de Louis Brea, un Portrait de la famille Rimoldi de Giuseppe Molteni et surtout Le Chevalier en noir de Giovan Battista Moroni.

JPEG - 151.4 ko
1. Manufacture de Torre del Greco
Diadème, milieu du XVIIIe siècle
Bronze doré et corail – 18 x 4,8 cm
Milan, Museo Poldi Pezzoli
Photo : Museo Poldi Pezzoli
Voir l'image dans sa page

Ces dernières années, ce mouvement de générosité privée s’est heureusement poursuivi, permettant au Museo Poldi Pezzoli de s’enrichir malgré les graves difficultés que traverse actuellement le patrimoine italien. Pour l’année 2009, mentionnons tout d’abord un diadème en bronze doré et corail sorti de la manufacture de Torre del Greco (ill. 1). Située au Sud de Naples, cette ville développe dès la fin du XVIIe siècle une importante activité autour du corail, dont elle tire encore sa renommée aujourd’hui. Le bijou acquis par le musée est daté du milieu du XVIIIe siècle ; par ses motifs de palmettes et de rosettes, il révèle un style déjà néo-classique, alors nourri en Campanie par les fouilles de Pompéi et Herculanum initiées dans les années 1740.


Deux tableaux italiens du XVIIe et du XIXe siècle furent acquis la même année 2009. Le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une esquisse d’Antonio González Velázquez pour le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Article suivant dans Brèves : Préemption d’un portrait d’Alexandre Roslin pour le Musée Cognacq-Jay