Acquisitions du Musée de Cluny : des émaux sur basse taille du XIVe siècle


JPEG - 336.8 ko
1. Paris (?), milieu du XIVe siècle
Tableau-reliquaire : Crucifixion
Argent, émail sur basse taille - 17,5 x 12,8 cm
Paris, Musée de Cluny
Photo : RMN-Grand Palais / Michel Urtado

13/6/16 - Acquisitions - Paris, Musée de Cluny - C’est une œuvre qui se trouvait dans le tiroir d’un particulier depuis des années ; celui-ci espérait en tirer quelques centaines d’euros en l’apportant à un commissaire priseur qui l’a fait expertiser... Elle a finalement été adjugée 450 000 euros lors de la vente du 6 février organisée par Maître Patrice Biget à Alençon, et préemptée par l’État pour le Musée de Cluny. Il s’agit d’un tableau-reliquaire probablement réalisé à Paris au XIVe siècle, représentant le Christ en croix (ill. 1). Sa qualité suggère une commande princière voire royale.
La technique des émaux translucides sur argent de basse-taille - développée à Sienne au XIIIe siècle, puis diffusée en France - est en général réservée aux objets de grandes valeurs et de petites dimensions. Or, cette plaque est relativement grande. Il est d’ailleurs surprenant qu’elle ait échappé aux fontes entraînées par le financement de campagnes militaires, ou par l’appât du gain.
Le Christ sur la croix sculpté en très bas relief se détache ainsi sur un fond gravé de motifs végétaux et recouvert d’émail bleu translucide. Son corps et son visage, finement gravés, peuvent être rapprochés de l’art d’un Jean Pucelle, célèbre enlumineur actif entre 1319 et 1334. La notice du catalogue de vente cite en outre un calice conservé à Wipperfürth près de Cologne, qui porte la signature d’un orfèvre parisien, Jehan de Toull (ou Touyl) et dont le style des émaux est proche de cette plaque.
Autour de la croix sont représentés les instruments de la Passion : la colonne, le fouet et les verges, la lance et l’éponge. Il y aussi la tunique et le voile de Véronique. L’hostie et le calice recueillant le sang du Fils de Dieu évoquent l’Eucharistie, qui célèbre à la fois l’incarnation du Christ et son sacrifice. En guise de légende, l’inscription en latin dans un phylactère est une citation de la première épître de Paul aux Corinthiens : « Toute les fois que vous mangerez ce pain et que vous boirez de ce calice vous annoncerez la mort du Seigneur ». Rappelons que la fête du Saint-Sacrement ou Fête-Dieu fut instituée par le pape en 1264.
De part et d’autre de la croix se trouvent deux fenêtres architecturées qui contenaient des reliques, de même qu’au pied de la Croix, une cavité cruciforme renfermait sans doute des fragments de la Vraie Croix. Le cadre est orné d’une trentaine de quadrilobes ouverts en alternance avec des gemmes montés en bâtes, principalement de petits rubis et saphirs.
Cette plaque-reliquaire fut transformée en osculatoire ou baiser de la paix, grâce à une poignée ajoutée au revers de la plaque au XVIe ou au XVIIe siècle : le prêtre embrassait la plaque, puis la présentait aux fidèles.


JPEG - 103.8 ko
2. Paris, vers 1320-1330
Feuille de diptyque :
Nativité (avers)
Email sur basse taille - 5 x 3,8 cm
Paris, Musée de Cluny - Musée national du Moyen Âge
Photo : RMN-Grand Palais / Michel Urtado
JPEG - 109.9 ko
3. Paris, vers 1320-1330
Feuille de diptyque :
Adoration des Mages (revers),
Email sur basse taille - 5 x 3,8 cm
Paris, Musée de Cluny - Musée national du Moyen Âge
Photo : RMN-Grand Palais / Michel Urtado

Autre acquisition du Musée de Cluny : le feuillet d’un diptyque, acheté de gré à gré le 26 avril 2016 (ill. 2 et 3). Sur l’avers figure une Nativité en émaux translucides sur basse taille. La face interne montre une Vierge à l’enfant sous une arcature gothique ; les rois mages devaient se tenir à droite de la composition, ils ont été arrachés. Réalisé au début du XIVe siècle à Paris, ce diptyque fragmentaire, de petite taille, était un objet de dévotion privée.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 13 juin 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Mise en ligne de l’excellente base des Salons

Article suivant dans Brèves : Ventes et expositions en galeries à Paris