Acquisition par Versailles d’un tableau de Pietro Paolini


6/1/18 - Acquisition - Versailles, Versailles, Musée national du château - Le château de Versailles vient de faire l’acquisition inattendue mais fort judicieuse d’un tableau italien du XVIIe siècle. Il s’agit d’une toile de Paolo Paolini représentant l’acteur Tiberio Tibelli en Scaramouche achetée auprès de la galerie Michel Descours à Lyon.
Si ce tableau n’a pas d’historique certain antérieur au XIXe siècle où il était conservé dans une collection madrilène, son sujet permettra à Versailles d’évoquer un aspect passionnant de l’histoire du théâtre. L’acteur Tiberio Fiorelli est en effet passé à la postérité sous le nom plus connu de Scaramouche, personnage de la comédie italienne qui plut tant à Louis XIV. Arrivé en France et installé définitivement à Paris à partir de 1640, Fiorelli y fit une brillante carrière, jouant sur la scène du Petit-Bourbon - où il alternait avec Molière - et dirigeant la Comédie-Italienne du théâtre de l’Hôtel de Bourgogne.


JPEG - 372.3 ko
1. Pietro Paolini (1603-1681)
Portrait de Tiberio Fiorilli en Scaramouche
Huile sur toile - 92,5 x 121 cm
Versailles, Musée national du château
Photo : Galerie Michel Descours
Voir l'image dans sa page
JPEG - 347.6 ko
2. Attribué à Jean Lepautre (1618-1682), d’après Henri Gissey (?)
Scaiamuzza so Memeo Squaqueia
Estampe
Collection particulière
Photo : D. R. (domaine public)
Voir l'image dans sa page

Ce tableau a été étudié par Gianni Papi pour le catalogue de la galerie Descours (nous en avons tiré une grande partie des informations de cette brève). L’historien de l’art italien y explique avoir pu identifier la figure de Scaramouche, le personnage central portant le costume noir du noble espagnol, grâce à un portrait de l’acteur représenté dans une estampe attribué à Jean Lepautre (ill. 2), qui avait elle même permis à une historienne du théâtre, Maria Ines Aliverti, de reconnaître Fiorelli dans un autre tableau d’un sujet proche conservé dans une collection particulière.
Selon Gianni Papi, le tableau acquis par Versailles a sans doute été peint à Rome avant 1640. On y reconnaît le style de Pietro Paolini, marqué par le caravagisme auquel il ajoute son goût pour les expressions outrées qui vont parfois jusqu’à la caricature. Rappelons que le Musée Fesch d’Ajaccio s’est récemment enrichi, grâce à un don, d’une peinture de Pietro Paolini (voir la brève du 19/1/17).


Didier Rykner, samedi 6 janvier 2018





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Disparition de Bruno Foucart

Article suivant dans Brèves : Nombreuses œuvres lyonnaises du XIXe siècle pour le Musée des Beaux-Arts de Lyon