Acquisition de tableaux de Simon Vouet et Morazzone par Washington


JPEG - 105.5 ko
1. Simon Vouet (1590-1649)
Vierge et l’Enfant, 1633
Huile sur toile - 110,3 × 89,4 cm
Washington, National Gallery of Art
Photo : Washington, National Gallery of Art

17/10/16 - Acquisitions - Washington, National Gallery of Art - « Vouet a fait un grand nombre de Vierge, et avoit même un talent particulier pour bien les représenter » écrivait Félibien. Suite au vœu de Louis XIII, et à la forte demande liée à la dévotion mariale, Simon Vouet peignit plusieurs Vierge à l’enfant à mi-corps, pleine de tendresse maternelle. Elles eurent un grand succès, furent copiées maintes fois, et les gravures qu’en ont tirées Daret, Lasne ou Dorigny, ont servi de modèles pour les artistes durant plusieurs siècles. La Vierge à la rose du musée de Marseille, la Vierge à la colonne de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, la Vierge Hesselin au Louvre, ou encore celle réapparue à Stockholm (voir la brève du 30/5/08), en sont de très beaux exemples.
En mai dernier, la National Gallery of Art de Washington a acquis de la Galerie Aaron à Paris la seule version (ill. 1) qui soit signée (sur le stylobate), et datée avant celles déjà connues, peinte pour Claude Bordier. Sa veuve donna la Vierge « dont le nom est au bas du tableau » à l’une de ses quatre filles. Celle-ci paya sa dot avec cette toile, c’est-à-dire son entrée, au couvent. C’est grâce à l’article de Françoise de la Moureyre, «  Le goût artistique d’un grand financier au XVIIe siècle : Jacques Bordier », publié sur La Tribune de l’Art en juin 2013, qu’Élodie Vaisse et l’institution américaine ont pu établir sa provenance. Nous avions aussi illustré une de nos brèves avec une réplique attribuée à Virginia Vezzi. Jusqu’ici la National Gallery of Art ne possédait de Vouet qu’un Saint Jérôme caravagesque peint durant le séjour romain et, pour la période parisienne, un tableau de l’atelier, les muses Uranie et Calioppe (ainsi qu’un beau dessin).


JPEG - 171 ko
2. Francesco Mazzucchelli dit Il Morazzone (1573-1626)
L’Adoration des Mages, vers 1600
Huile sur panneau - 25 x 25 cm
Washington, National Gallery of Art

Signalons encore un autre tableau du début du XVIIe siècle acheté au printemps 2016 pour un prix très abordable1 : une Adoration des mages (ill. 2) de Morazzone qui, malgré son petit format carré, parait monumentale, mais n’a pu être reliée à aucun des retables du peintre. Le courant tardo-maniériste et proto-baroque lombard était déjà très bien représenté à Washington par des œuvres de Tanzio da Varallo et de Giulio Cesare Procaccini.


Michel de Piles, lundi 17 octobre 2016


Notes

1Le corriere.it indique que la galerie Cantora en demandait 75 000 euros à la foire d’antiquité de Modène en février 2016.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Nombreuses restaurations grâce au mécénat à Vaux-le-Vicomte

Article suivant dans Brèves : Plusieurs dessins des Boutet de Monvel pour Orléans