À Paris, le mécénat va-t-il financer le vandalisme ? Contenu abonnés


JPEG - 49.5 ko
Une des fontaines des Dauphins de la
place de la République (côté Boulevard Voltaire)
en cours de destruction (18/1/12)
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Les travaux de la place de la République, véritable vandalisme officiel et légal ayant détruit les squares et les fontaines qui existaient depuis sa création à la fin du XIXe siècle, donnent un aperçu de ce que la municipalité dirigée par Anne Hidalgo entend par « rénovation » des places parisiennes.
La maire a annoncé clairement la couleur : ce qu’elle a fait à la République, elle veut le faire sur toutes les places parisiennes ou presque. La Nation, la Bastille, la place du Panthéon, la place de la Madeleine même, alors que l’église qui lui donne son nom est étayée pour éviter qu’elle ne s’écroule et que rien…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Caravage : la morale est sauve

Article suivant dans Éditorial : Entre Beaubourg et le Louvre, quelle différence ?