À l’Opéra : cloisons déposées, ou détruites ? Contenu abonnés


JPEG - 450.2 ko
1. Les loges de l’Opéra Garnier, état actuel.
L’enlèvement des cloisons ne se contente pas
de rompre le rythme de l’architecture, elle rend
la lumière particulièrement crue et gênante
Photo : Didier Rykner

9/12/15 - Patrimoine - Opéra de Paris - On sait déjà que la suppression des cloisons des loges centrales des premier et deuxième niveaux a été réalisée sans autorisation. Le résultat, comme le prouvent les photos publiées par la presse et celles que nous avons pu prendre nous-même, est désastreux, tant par la rupture du rythme général voulu par Charles Garnier que par la laideur du « prototype » installé (ill. 1 à 3). La transformation a un autre effet : l’éclairage des loges, qui était en partie caché et tamisé par les cloisons, est maintenant beaucoup trop puissant et cru, et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une pétition pour sauver les musées des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon

Article suivant dans Brèves : Le Louvre achète le panneau du Maître de Dreux Budé chez Sotheby’s Londres