1914 ! La Vanguardia y la Gran Guerra Contenu abonnés


Madrid, Museo Thyssen-Bornesmisza et Fundacion Caja, du 7 octobre 2008 au 11 janvier 2009.

JPEG - 3.4 ko
1. Pavel Filonov (1883-1941)
La Guerre Allemande, 1914-1915
Huile sur toile - 176 x 156,3 cm
Saint-Petersbourg, Musée Russe
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

L’exposition qui se tient actuellement à Madrid, consacrée aux rapports entre l’Avant-garde et la Grande Guerre, laisse un sentiment ambiguë, un mélange de satisfaction et de contrariété. Malgré un thème audacieux et un réel effort pour montrer des œuvres rarement présentées au public, elle est malheureusement desservie par l’absence d’un propos clair, un accrochage peu cohérent et une scénographie décevante.

Les espaces temporaires du musée Thyssen-Bornemizsa présentent la plus grande partie de l’exposition. La toile de Pavel Filonov, La Guerre Allemande, 1914-1915 résume à elle seule ce sentiment étrange qui préside à la visite. Impressionnante, sortie d’une institution difficile d’accès et peu prêteuse, l’œuvre est malheureusement mal placée ou mal entourée. L’organisation peu pragmatique des salles oscille, hésite peut-être, entre choix thématique et approche esthétique des mouvements artistiques. Elle demeure peu lisible, d’autant que la répartition des toiles entre les deux sites n’est pas clairement justifiée. Cette exposition a néanmoins une grande qualité : le mélange des genres, des choix plastiques et des artistes. L’un des objectifs semble être de montrer qu’il n’existe pas de rupture esthétique engendrée par la Grande Guerre : de nombreuses toiles exposées sont antérieures à son déclenchement prouvant que la modernité n’a pas été ébranlée par les événements historiques. Certaines œuvres sont présentées, de manière peu convaincante, comme des prémonitions funestes, à l’instar d’un inédit Soleil couchant d’Otto Dix, 1913 (collection particulière), qui ouvre la première salle de l’exposition. On s’étonne de la présence de toiles, certes d’artistes d’avant-garde comme Kandinsky, mais dont ni le thème, ni la chronologie n’ont de rapport avec la guerre. C’est le cas d’une sculpture de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Antoon van Dyck. Portraits

Article suivant dans Expositions : De Marie Stuart à Daumier, en passant par Madame de Pompadour, Jérôme Napoléon et Girodet