134 dessins hollandais et flamands pour the Ackland Art Museum


2/3/17 - Acquisitions - Chapel Hill, The Ackland Art Museum - Ce sont plus de cent dessins, 134 exactement, qui ont été donnés par un couple d’Américains, Sheldon et Leena Peck, au musée universitaire de Chapel Hill, en Caroline du Nord : the Ackland Art Museum. L’ensemble, estimé 17 millions de dollars, a été complété par une dotation de 8 millions de dollars destinée au développement du musée.


JPEG - 458.1 ko
1. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Études de femme et deux enfants, vers 1640
Plume et encre brune - 13,6x 13,2 cm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page
JPEG - 678.1 ko
2. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Étude de femme africaine, vers 1633-1635
Plume et encre brune - 5,4 x 5,1 cm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page

La plupart des feuilles appartiennent au XVIIe siècle hollandais, et cette cohérence justement met en valeur la diversité des techniques, des styles et des fonctions des dessins réunis. Le clou de la collection est probablement un ensemble de sept œuvres de Rembrandt. Ce sont des scènes de genre pour la plupart, ici un Fumeur et joueurs de cartes, là une Femme et deux enfants (ill. 1), un Vieil homme avec un chapeau de fourrure, d’un côté, de l’autre un Homme chauffant ses mains sur le feu, ou bien encore une Africaine esquissée en quelques traits (ill. 2). De la main du maître, on compte en outre, un sujet religieux - Noli me tangere - et un paysage - Canal et bateau avec vue d’Amsterdam (ill. 3).


JPEG - 244.4 ko
3. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Canal et bateau avec vue d’Amsterdam au loin, vers 1640
Plume, encre brune et lavis, 10,3 x 20,3 cm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page
JPEG - 381.8 ko
4. Aelbert Cuyp (1620-1691)
Cinq études de moutons couchés, vers 1646
Craie noire, lavis girs, 15,8 x 20 cmm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page

Le paysage hollandais est d’ailleurs largement représenté, notamment par des dessins de Jacob van Ruisdael et de Jan van Goyen qui déclinent des vues de rivières, bordées d’arbres chez l’un, animées de bateaux chez l’autre. Les incontournables scènes d’hiver avec leurs patineurs sont saisies par Allaert van Everdingen ou par Gerard ter Borch le jeune. Les villages et les fermes sont d’autres sujets récurrents que l’on retrouve chez Lambert Doomer et Abraham Furnerius. L’attention d’Aelbert Cuyp se porte plus précisément sur les moutons (ill. 4), tandis que Stradanus s’intéresse à une faune plus sauvage et dessine des scènes de chasse, à l’oiselet ou au renard.


JPEG - 385.9 ko
5. Willem Schellinks (1627–1678)
La Grotte de Virgile à Pausilippe, vers 1661-1665
Pierre noire, graphite, plume et encre brune,
lavis brun - 46,4 x 33 cm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page

On trouve aussi des fraternités d’artistes dans cet ensemble : les frères van de Velde, Esaias et Jan, et les frères Saftleven, Cornelis et Herman. La figure humaine, masculine, féminine, plus ou moins vêtue, est étudiée par Samuel van Hoogstraten et Jacques de Gheyn II. Ferdinand Bol fait quant à lui le portrait d’un gentilhomme doté d’un chapeau, qui se tient près d’une colonne.
Thomas Wyck décrit une cour italienne, ce qui laisse croire qu’il fut en Italie sans qu’on puisse en avoir la certitude. Tobias Verhaecht en revanche fit bel et bien le voyage et étudia les ruines romaines. Près de Naples Willem Schellinks traduit la pénombre de La Grotte de Virgile à Pausilippe (ill. 5).
Les sujets d’histoire sont plus rares, Govaert Flinck choisit de représenter L’Archange Raphael quittant la famille de Tobie, Constantijn Daniel van Renesse préfère Le Repas d’Emmaüs.


JPEG - 391.6 ko
6. Paul Bril (1554-1626)
Vue d’un port avec tour, vers 1600
Plume, encire brune, craie noir, lavis brun - 17,5 x 25,8 cm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page
JPEG - 351.6 ko
7. Jacob Jordaens (1593-1678)
Portrait d’Elizabeth van Noort, belle-mère de l’artiste
Pierre noire, sanguine, craie blanche - 32,6 x 24,6 cm
Chapel Hill, Ackland Art Museum,
The University of North Carolina
Photo : The University of North Carolina
Voir l'image dans sa page

Les Flamands ne sont pas oubliés, surtout ceux des XVIe et XVIIe siècles, comme en témoigne une douzaine de dessins. De Paul Bril, une séduisante Vue de port avec une tour (ill. 6), de Jan Brueghel l’Ancien, des arbres sur les bords d’une rivières. Les trois grands maîtres anversois sont également là : Rubens avec un Franciscain décrit à la craie noire, Jacob Jordaens, avec une étude d’homme en buste et deux portraits de sa belle-mère Elizabeth van Noort (ill. 7). Une feuille enfin est attribuée à Anthony van Dyck, qui représente trois vases, dont l’un orné de têtes de chèvres et de bacchantes dansant.

Pour finir les XVIIIe et XIXe siècles sont évoqués par une vingtaine de feuilles, essentiellement hollandaises, de Jacob Cats, Abraham de Haen, Gerrit Lamaebrs, Abraham Rademaker...


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 2 mars 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Thomas Campbell démissionne de son poste de directeur du Metropolitan Museum

Article suivant dans Brèves : Une colombe du XIIIe siècle pour Poughkeepsie